Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
HENRI-CHARLES READ.


La brise agite les buissons ;
L’herbe qui pousse est émaillée
Des pleurs de l’aube, et la feuillée
Retentit de mille chansons ;

La fauvette, ivre de rosée,
Sur sa branche verte posée,
Gazouille en l’honneur du printemps ;

La brume grise s’évapore,
Et monte en nuages flottants
Sur les bois que le soleil dore !


(Champigny-sur-Marne)





AU CIMETIÈRE




Déjà l’automne arrive avec ses sombres jours,
Ses heures de tristesse et ses feuilles jaunies ;
Elle est bien loin, déjà, la saison des amours !
Ses charmes sont éteints et ses grâces ternies.

Un vent sec et froid pleure à travers les tombeaux ;
Le soleil est voilé par une brume grise ;
On n’entend que le cri d’angoisse des corbeaux
Et le gémissement sinistre de la bise.

C’est là que je viens seul, par ma douleur guidé ;
Car cette solitude a pour moi bien des charmes :
Le sol triste et fangeux paraît avoir gardé

L’empreinte, humide encor, de ce fleuve de larmes,
De regrets douloureux et d’éternels remords,
Qu’ont versé les vivants sur la cité des morts.