Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





JOSEPH GAYDA


1856




Joseph Gayda, né à Carcassonne le 18 juin 1856, vint à Paris en 1876 pour terminer ses études de droit commencées à Toulouse, et s’adonna bientôt exclusivement à la littérature. Auteur d’un volume de vers, L’éternel Féminin, paru chez A. Lemerre en 1881, il prépare un autre recueil de poésies qui aura pour titre : La Soif d’aimer.

Dans la préface du premier de ces ouvrages, Armand Silvestre a fort bien apprécié le sentiment et les aspirations de M. Joseph Gayda. « La caractéristique de son talent, dit-il, n’échappera à aucun de ceux qui ouvrirent son livre. Elle se peut définir en deux mots : L’amour délicat de la Femme et la pieuse terreur de la Beauté. Outre que celle-ci est l’expression de la Nature dans ce qu’elle a conçu de plus parfait, le poète témoigne encore sa tendresse pour les choses, à l’égal de sa tendresse pour les êtres, en donnant sans cesse pour décors à ses voluptés ou à ses larmes le dôme du ciel, les féeries de la mer, le calme des bois, le silence du paysage. L’alcôve de Phryné ne le tente pas, et c’est Galatée qu’il poursuit volontiers sous les saules. Comme les bergers de Virgile, il aime avec des fleurs. »

a. l.