Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t3, 1888.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





FRANÇOIS COPPÉE


1842




Le plus populaire des poètes contemporains, François Coppée, est né à Paris en 1842. On le mit au lycée Saint-Louis ; mais, dernier enfant d’un père et d’une mère dont le cœur était plus haut que la fortune, il ne put achever ses études, et, pour alléger les charges de sa famille, il entra comme employé au Ministère de la guerre. Plus tard, il fut nommé bibliothécaire au Sénat, puis archiviste du Théâtre-Français. Il démissionna en 1884, après son élection à l’Académie française, où il est le successeur de Victor de Laprade, qui avait succédé lui-même à Alfred de Musset.

M. François Coppée publiait à vingt-quatre ans son premier volume, Le Reliquaire (1866), bientôt suivi des Intimités (1868), et quelques initiés le tenaient déjà pour un maître, quand la glorieuse soirée du Passant (14 janvier 1869) révéla tout a coup son nom au grand public. Depuis, il a mené de front, avec un égal bonheur, son œuvre lyrique et son œuvre dramatique, s’appliquant à la double tâche qu’il semble s’être imposée au début de sa carrière : réconcilier la réalité avec la poésie, et le théâtre avec l’idéal.

Nous ne devons point parler ici de son œuvre dramatique, bien qu’il soit un des rares poètes qui aient, comme il le dit lui-même,

. . . . . . . . . . . . . . . . . su charmer quelquefois
Ce temps d’opéra-bouffe et de drame bourgeois.

Tout le monde a lu ou entendu ces émouvantes scènes : Deux dou-