Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/405

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





EMMANUEL DES ESSARTS


1839




Emmanuel des Essarts est né en 1839. Après son début des Poésies Parisiennes, il a donné Les Élévations, poèmes philosophiques qui parurent en 1874.

« Nourri de l’antiquité grecque et latine, a dit Théophile Gautier, des Essarts la mélange dans les proportions les plus heureuses avec la modernité la plus récente. Parfois la robe à la mode dont la muse est revêtue dans les Parisiennes prend des plis de tunique et rappelle quelque chaste statue grecque. Le beau antique corrige à propos le joli et l’empêche de tourner au coquet. Une goutte de vieux nectar mythologique tombe parfois au fond du verre à vin de Champagne et en empêche le pétillement trop vif. »

Les Poèmes de la Révolution (1879) ont montré sous un jour nouveau le talent de M. Emmanuel des Essarts.

Sans abandonner les élégances et les rêves d’autrefois, l’auteur ajoute à son talent un lyrisme et une force qu’on ne lui savait pas à ce degré. Il y a de l’ardeur et de la puissance dans tout ce livre, où l’on voit se lever tour à tour toutes les têtes, terribles, inspirées ou douces de la Révolution française.

Outre ces trois recueils de vers, M. Emmanuel des Essarts a fait paraître en prose L’Hercule grec, Les Voyages de l’Esprit, etc.

Ses œuvres ont été publiées en partie chez A. Lemerre et en partie chez Charpentier.

E. Ledrain.