Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/322

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ARISTIDE FRÉMINE


1837




Aristide Frémine, né à Bricquebec (Manche) le 16 janvier 1837, est Receveur des Contributions indirectes. Profondément ému par les belles scènes de la nature, il se livra de bonne heure à des essais poétiques, et les réunit en un volume : Le long du chemin, qu’il publia en 1863. Depuis, il a donné la Légende de Normandie (1886), qui témoigne d’une réelle puissance d’imagination et d’une grande sincérité de sentiment. On lui doit, en outre, de nombreuses pièces de vers d’une expression fort originale qui ont paru dans diverses Revues et formeront un troisième volume sous le titre de : Chants de l’Ouest.

Les poésies de M. Aristide Frémine ont été éditées par Frédéric Henry et A. Lemerre.

A. L.

LE RAVIN




Au ciel, que le soleil veut percer mais en vain,
Le plateau d’Aurigny présente ses champs jaunes,
Cependant qu’arrêté dans le fond d’un ravin
Je regarde un peu d’eau sourdre entre quelques aunes.