Ouvrir le menu principal

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/354

Cette page a été validée par deux contributeurs.




AUGUSTE DE CHÂTILLON


1810 – 1882




Auguste de Châtillon, peintre et auteur d’un remarquable portrait intime de Victor Hugo, au temps du cénacle de la place Royale, fut ce qu’on peut appeler un irrégulier en poésie. Ses fantaisies avec assonances et élisions populaires sont fort réussies, et l’on cite sa Levrette comme un modèle du genre.

Les poésies de M. de Châtillon parurent sous ce titre : À la Grand’Pinte. « M. de Châtillon, dit Théophile Gautier dans la préface de ce livre, aura mérité d’être et de rester un vrai poète populaire, à côté et à la honte des hypocrites courtisans de la populace, qui, de leurs talents équivoques, se font un instrument d’adulation et d’ambition aux jours de la crise sociale. Car sa seule droiture, sa probité d’artiste lui ont fait rencontrer cette grâce idéale qui se dérobera toujours à la poursuite ambitieuse des astucieux et des félons. »

A. L.
______



LA GRAND’PINTE




À la Grand’Pinte, quand le vent
Fait grincer l’enseigne en fer-blanc,
        Alors qu’il gèle,