Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/995

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une vie toute pleine de malignité et d’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres.

4 Mais depuis que la bonté de Dieu, notre Sauveur, et son amour pour les hommes, a paru dans le monde,

5 il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous eussions faites, mais à cause de sa miséricorde, par l’eau de la renaissance, et par le renouvellement du Saint-Esprit,

6 qu’il a répandu sur nous avec une riche effusion par Jésus-Christ, notre Sauveur ;

7 afin qu’étant justifiés par sa grâce, nous devinssions héritiers de la vie éternelle, selon l’espérance que nous en avons.

8 C’est une vérité très-certaine, et dans laquelle je désire que vous affermissiez les fidèles : Que ceux qui croient en Dieu, doivent être toujours les premiers à pratiquer les bonnes œuvres. Ce sont là des choses vraiment bonnes et utiles aux hommes.

9 Mais fuyez les questions impertinentes, les généalogies, les disputes, et les contestations de la loi ; parce qu’elles sont vaines et inutiles.

10 Évitez celui qui est hérétique, après l’avoir averti une et deux fois ;

11 sachant que quiconque est en cet état, est perverti, et qu’il pèche comme un homme qui se condamne lui-même par son propre jugement.

12 Lorsque je vous aurai envoyé Artémas, ou Tychique, ayez soin de venir promptement me trouver à Nicopolis, parce que j’ai résolu d’y passer l’hiver.

13 Envoyez devant Zénas, docteur de la loi, et Apollon ; et ayez soin qu’il ne leur manque rien.

14 Que nos frères apprennent aussi à être toujours les premiers à pratiquer les bonnes œuvres, lorsque le besoin et la nécessité le demandent, afin qu’ils ne demeurent point stériles et sans fruit.

15 Tous ceux qui sont avec moi, vous saluent. Saluez ceux qui nous aiment dans l’union de la foi. La grâce de Dieu soit avec vous tous ! Amen !





ÉPITRE DE SAINT PAUL


A


PHILÉMON.
_______


PAUL, prisonnier de Jésus-Christ ; et Timothée, son frère : à notre cher Philémon, notre coopérateur ;

2 à notre très-chère sœur Appie ; à Archippe, le compagnon de nos combats, et a l’Église qui est en votre maison.

3 Que Dieu, notre Père, et Jésus-Christ notre Seigneur, vous donnent la grâce et la paix !

4 Me souvenant sans cesse de vous dans mes prières, je rends grâces à mon Dieu,

5 apprenant quelle est votre foi envers le Seigneur Jésus, et votre charité envers tous les saints ;

6 et de quelle sorte la libéralité qui naît de votre foi, éclate aux yeux de tout le monde, se faisant connaître par tant de bonnes œuvres qui se pratiquent dans votre maison pour l’amour de Jésus-Christ.

7 Car votre charité, mon cher frère, nous a comblés de joie et de consolation, voyant que les cœurs des saints ont reçu tant de soulagement de votre bonté.

8 C’est pourquoi, encore que je puisse prendre en Jésus-Christ une entière liberté de vous ordonner une chose qui est de votre devoir ;

9 néanmoins l’amour que j’ai pour vous, fait que j’aime mieux vous supplier, quoique je sois tel que je suis à votre égard, c’est-à-dire, quoique je sois Paul, et déjà vieux, et de plus maintenant prisonnier de Jésus-Christ.

10 Or la prière que je vous fais est pour mon fils Onésime, que j’ai engendré dans mes liens ;

11 qui vous a été autrefois inutile, mais qui vous sera maintenant très - utile, aussi bien qu’à moi.

12 Je vous le renvoie, et je vous prie de le recevoir comme mes entrailles.

13 J’avais pensé de le retenir auprès de