Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/878

Cette page a été validée par deux contributeurs.


soit dans la joie, aussi bien que celui qui moissonne.

37 Car ce que l’on dit d’ordinaire, est vrai en cette rencontre : que l’un sème, et l’autre moissonne.

38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui n’est pas venu par votre travail : d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leurs travaux.

39 Or il y eut beaucoup de Samaritains de cette ville-là qui crurent en lui sur le rapport de cette femme, qui les assurait qu’il lui avait dit tout ce qu’elle avait jamais fait.

40 Les Samaritains étant donc venus le trouver, le prièrent de demeurer chez eux ; et il y demeura deux jours.

41 Et il y en eut beaucoup plus qui crurent en lui, pour l’avoir entendu parler ;

42 de sorte qu’ils disaient à cette femme : Ce n’est plus sur ce que vous nous en avez dit que nous croyons en lui : car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde.

43 Deux jours après, il sortit de ce lieu, et s’en alla en Galilée :

44 car Jésus témoigna lui-même, qu’un prophète n’est point honoré dans son pays.

45 Étant donc revenu en Galilée, les Galiléens le reçurent avec joie, parce qu’ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem au jour de la fête : car ils avaient aussi été eux-mêmes à cette fête.

46 Jésus vint donc de nouveau à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or il y avait un officier dont le fils était malade à Capharnaüm.

47 Cet officier ayant appris que Jésus venait de Judée en Galilée, alla le trouver, et le pria de vouloir venir pour guérir son fils qui était près de mourir.

48 Jésus lui dit : Si vous ne voyez vous autres des miracles et des prodiges, vous ne croyez point.

49 Cet officier lui dit : Seigneur ! venez avant que mon fils meure.

50 Jésus lui dit : Allez ; votre fils se porte bien. Il crut à la parole que Jésus lui avait dite, et s’en alla.

51 Et comme il était en chemin, ses serviteurs vinrent au-devant de lui, et lui dirent : Votre fils se porte bien.

52 Et s’étant informé de l’heure à laquelle il s’était trouvé mieux, ils lui repondirent : Hier, à la septième heure du jour, la fièvre le quitta.

53 Son père reconnut que c’était à cette heure-là que Jésus lui avait dit : Votre fils se porte bien. Et il crut, lui et toute sa famille.

54 Ce fut là le second miracle que Jésus fit, étant revenu de Judée en Galilée.



APRÈS cela la fête des Juifs étant arrivée, Jésus s’en alla à Jérusalem.

2 Or il y avait à Jérusalem la piscine des brebis, qui s’appelle en hébreu Bethsaïda, qui avait cinq galeries,

3 dans lesquelles étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et de ceux qui avaient les membres desséchés ; et tous attendaient que l’eau fût remuée.

4 Car l’ange du Seigneur en un certain temps descendait dans cette piscine, et en remuait l’eau ; et celui qui y entrait le premier après que l’eau avait été ainsi remuée, était guéri, quelque maladie qu’il eût.

5 Or il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.

6 Jésus l’ayant vu couché, et connaissant qu’il était malade depuis fort longtemps, lui dit : Voulez-vous être guéri ?

7 Le malade lui répondit : Seigneur ! je n’ai personne pour me jeter dans la piscine après que l’eau a été remuée : et pendant le temps que je mets à y aller, un autre y descend avant moi.

8 Jésus lui dit : Levez-vous, emportez votre lit, et marchez.

9 À l’instant cet homme fut guéri ; et prenant son lit, il commença à marcher. Or ce jour-là était un jour de sabbat.

10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est aujourd’hui le sabbat, il ne vous est pas permis d’emporter votre lit.

11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, m’a dit : Emportez votre lit, et marchez.

12 Ils lui demandèrent : Qui est donc cet homme qui vous a dit : Emportez votre lit, et marchez ?

13 Mais celui qui avait été guéri, ne savait pas lui-même qui il était : car Jésus s’était retiré de la foule du peuple qui était là.

14 Depuis, Jésus trouva cet homme dans le temple, et lui dit : Vous voyez que vous êtes guéri ; ne péchez plus à l’avenir, de peur qu’il ne vous arrive quelque chose de pis.

15 Cet homme s’en alla trouver les Juifs, et leur dit que c’était Jésus qui l’avait guéri.

16 Et c’est pour cette raison que les Juifs persécutaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat.

17 Alors Jésus leur dit : Mon Père ne cesse point d’agir jusqu’à présent, et j’agis aussi incessamment.

18 Mais les Juifs cherchaient encore avec plus d’ardeur à le faire mourir ; parce que non-seulement il ne gardait pas le sabbat, mais qu’il disait même que Dieu était son Père, se faisant ainsi égal à Dieu. Jésus ajouta donc, et leur dit :