Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/834

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jésus repartit : Vous boirez en effet le calice que je dois boire, et vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé :

40 mais pour ce qui est d’être assis à ma droite ou à ma gauche, ce n’est point à moi à vous le donner ; mais ce sera pour ceux à qui il a été préparé.

41 Et les dix autres apôtres ayant entendu ceci, en conçurent de l’indignation contre Jacques et Jean.

42 Mais Jésus les appelant à lui, leur dit : Vous savez que ceux qui sont regardés comme les maîtres des peuples, les dominent, et que leurs princes les traitent avec empire.

43 Il n’en doit pas être de même parmi vous ; mais si quelqu’un veut y devenir le plus grand, il faut qu’il soit prêt à vous servir ;

44 et quiconque voudra être le premier d’entre vous, doit être le serviteur de tous.

45 Car le Fils de l’homme même n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie pour la rédemption de plusieurs.

46 Après cela ils vinrent à Jéricho ; et comme il sortait de Jéricho avec ses disciples, suivi d’une grande troupe de peuple, un aveugle, nommé Bartimée, fils de Timée, qui était assis sur le chemin pour demander l’aumône,

47 ayant appris que c’était Jésus de Nazareth, se mit à crier : Jésus, Fils de David ! ayez pitié de moi.

48 Et plusieurs le reprenaient, et lui disaient qu’il se tût ; mais il criait encore beaucoup plus haut : Fils de David ! ayez pitié de moi.

49 Alors Jésus s’étant arrêté, commanda qu’on l’appelât. Et quelques-uns appelèrent l’aveugle, en lui disant : Ayez bonne espérance ; levez-vous, il vous appelle.

50 Aussitôt il jeta son manteau, et se levant il vint à Jésus.

51 Et Jésus lui dit : Que voulez-vous que je vous fasse ? L’aveugle lui répondit : Maître ! faites que je voie.

52 Allez, lui dit Jésus ; votre foi vous a sauvé. Et il vit au même instant, et il suivait Jésus dans le chemin.



LORSQU’ILS approchaient de Jérusalem, étant près de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, il envoya deux de ses disciples,

2 et leur dit : Allez à ce village qui est devant vous ; et sitôt que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon lié, sur lequel nul homme n’a encore monté ; déliez-le, et me l’amenez.

3 Si quelqu’un vous demande, Pourquoi faites-vous cela ? dites-lui : C’est que le Seigneur en a besoin. Et aussitôt il le laissera amener ici.

4 S’en étant donc allés, ils trouvèrent l’ânon qui était attaché dehors auprès d’une porte entre deux chemins, et ils le délièrent.

5 Quelques-uns de ceux qui étaient là, leur dirent : Que faites-vous ? Pourquoi déliez-vous cet ânon ?

6 Ils leur répondirent comme Jésus leur avait ordonné ; et ils le leur laissèrent emmener.

7 Ainsi ayant amené l’ânon à Jésus, ils le couvrirent de leurs habits, et il monta dessus.

8 Plusieurs aussi étendirent leurs vêtements le long du chemin : d’autres coupaient des branches d’arbres, et les jetaient par où il passait.

9 Et tant ceux qui marchaient devant, que ceux qui suivaient, criaient : Hosanna, salut et gloire !

10 Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! béni soit le règne de notre père David, que nous voyons arriver ! Hosanna, salut et gloire, au plus haut des cieux !

11 Jésus étant ainsi entré dans Jérusalem, s’en alla au temple ; et après avoir tout regardé, comme il était déjà tard, il s’en alla à Béthanie avec les douze apôtres.

12 Le lendemain, lorsqu’ils sortaient de Béthanie, il eut faim ;

13 et voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il y alla pour voir s’il pourrait y trouver quelque chose ; et s’en étant approché, il n’y trouva que des feuilles, car ce n’était pas le temps des figues.

14 Alors Jésus dit au figuier : Que jamais nul ne mange de toi aucun fruit. Ce que ses disciples entendirent.

15 Ils vinrent ensuite à Jérusalem ; et Jésus étant entré dans le temple, commença par chasser ceux qui y vendaient et qui y achetaient : il renversa les tables des changeurs, et les sièges de ceux qui vendaient des colombes ;

16 et il ne permettait pas que personne transportât aucun ustensile par le temple.

17 Il les instruisait aussi, en leur disant : N’est-il pas écrit : Ma maison sera appelée la maison de prière pour toutes les nations ? et cependant vous en avez fait une caverne de voleurs.

18 Ce que les princes des prêtres et les scribes ayant entendu, ils cherchaient un moyen de le perdre : car ils le craignaient, parce que tout le peuple était ravi en admiration de sa doctrine.

19 Quand le soir fut venu, il sortit de la ville.

20 Le lendemain matin ils virent en passant le figuier, qui était devenu sec jusqu’à la racine.

21 Et Pierre se souvenant de la parole de Jésus, lui dit : Maître ! voyez comme le figuier que vous avez maudit, est devenu sec.