Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/780

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


unique pierre : je la taillerai, et je la graverai moi-même avec le ciseau, dit le Seigneur des armées, et j’effacerai en un jour l’Iniquité de cette terre.

10 En ce jour-là, dit le Seigneur des armées, l’ami appellera son ami sous sa vigne et sous son figuier.



ET l’ange qui parlait en moi, revint, et me réveilla comme un homme qu’on réveille de son sommeil,

2 et il me dit : Que voyez-vous ? Je lui répondis : Je vois un chandelier tout d’or, qui a une lampe au haut de sa principale tige, et sept lampes sur ses branches. Je vis aussi qu'il y avait sept canaux, pour faire couler l’huile dans les lampes qui étaient sur le chandelier.

3 Il y avait aussi deux oliviers qui s’élevaient au-dessus : l’un à la droite de la lampe, et l’autre à la gauche.

4 Alors je dis à l’ange qui parlait en moi : Seigneur, qu’est-ce que ceci ?

5 Et l’ange qui parlait en moi, me répondit : Ne savez-vous pas ce que c’est ? Non, mon seigneur, lui dis-je.

6 Il me dit ensuite : Voici la parole que le Seigneur adresse à Zorobabel : Vous n’espérerez, ni en une armée, ni en aucune force humaine, mais en mon Esprit, dit le Seigneur des armées.

7 Qui êtes-vous, ô grande montagne ! devant Zorobabel ? Soyez aplanie. Et il mettra les principales pierres au temple, et il rendra le second aussi beau que le premier.

8 Alors le Seigneur m’adressa sa parole, et me dit :

9 Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront entièrement ; et vous saurez tous que c’est le Seigneur des armées qui m’a envoyé vers vous.

10 Qui est celui qui fait peu d’état de ces faibles commencements du temple ? Il sera dans la joie lorsqu’il verra Zorobabel le plomb à la main. Ce sont là les sept yeux du Seigneur, qui parcourent toute la terre.

11 Alors je lui dis : Que marquent ces deux oliviers, dont l’un est à la droite du chandelier, et l’autre à la gauche ?

12 Je lui dis encore une seconde fois : Que signifient ces deux oliviers, qui sont auprès des deux becs d’or où sont les canaux d’or, par où coule l’huile ?

13 Ne savez-vous pas, me dit-il, ce que cela signifie ? Je lui répondis : Non, mon seigneur.

14 Et il me dit : Ces deux oliviers sont les deux oints de l’huile sacrée, qui assistent devant le Dominateur de toute la terre.



JE me retournai ensuite, et ayant levé les yeux, je vis un livre qui volait.

2 Et l’ange me dit : Que voyez-vous ? Je lui dis : Je vois un livre volant, long de vingt coudées, et large de dix.

3 L’ange ajouta : C’est la malédiction qui va se répandre sur la face de toute la terre : car tout voleur sera jugé par ce qui est écrit dans ce livre ; et quiconque jure faussement sera jugé de même par ce qu’il contient.

4 Je le produirai au jour, dit le Seigneur des armées : il entrera dans la maison du voleur, et dans la maison de celui qui jure faussement en mon nom ; et il demeurera au milieu de cette maison, et la consumera avec tout le bois et toutes les pierres.

5 Alors l’ange qui parlait en moi, sortit dehors, et me dit : Levez les yeux, et considérez ce qui va paraître.

6 Et qu’est-ce ? lui dis-je. Il me répondit : C’est un vase qui sort. Et il ajouta : Ce vase est ce qu’on voit en eux dans toute la terre.

7 Je vis ensuite que l’on portait une masse de plomb, et j’aperçus une femme assise au milieu du vase.

8 Alors l’ange me dit : C’est là l’impiété. Et il jeta la femme au fond du vase, et en ferma l’entrée avec la masse de plomb.

9 Je levai ensuite les yeux, et j’eus cette vision : Je voyais paraître deux femmes ; le vent soufflait dans leurs ailes, qui étaient semblables à celles d’un milan : et elles élevèrent le vase entre le ciel et la terre.

10 Je dis à l’ange qui parlait en moi : Où ces femmes portent-elles ce vase ?

11 Il me répondit : En la terre de Sennaar, afin qu’on lui bâtisse une maison, et qu’il y soit placé et affermi sur sa base.



M’ÉTANT retourné, je levai les yeux, et j’eus cette vision : Je voyais quatre chariots, qui sortaient d’entre deux montagnes ; et ces montagnes étaient des montagnes d’airain.

2 Il y avait au premier chariot des chevaux roux, au second des chevaux noirs,

3 au troisième des chevaux blancs, et au quatrième des chevaux tachetés et vigoureux.

4 Je dis alors à l’ange qui parlait en moi : Qu’est-ce que cela, mon seigneur ?

5 L’ange me répondit : Ce sont les quatre vents du ciel, qui sortent pour paraître devant le Dominateur de toute la terre.

6 Les chevaux noirs du second chariot allaient vers le pays de l’Aquilon ; les chevaux blancs les suivirent ; et les tachetés allèrent dans le pays du Midi.

7 Les plus forts parurent ensuite, et ils demandaient d’aller et de courir par toute la terre. Et le Seigneur leur dit : Allez, courez par toute la terre. Et ils coururent par toute la terre.

8 Alors il m’appela, et me dit : Ceux