Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/738

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette écriture, et me l’interprétera, sera revêtu de pourpre, aura un collier d’or au cou, et sera la troisième personne de mon royaume.

8 Mais tous les sages du roi étant venus devant lui, ne purent ni lire cette écriture, ni lui en dire l’interprétation.

9 Ce qui redoubla encore le trouble du roi Baltassar ; son visage en fut tout changé, et les grands de sa cour en furent épouvantés comme lui.

10 Mais la reine touchée de ce qui était arrivé au roi, et aux grands qui étaient près de lui, entra dans la salle du festin, et lui dit : Ô roi, vivez à jamais ! que vos pensées ne vous troublent point, et que votre visage ne se change point.

11 Il y a dans votre royaume un homme qui a dans lui-même l'esprit des dieux saints, en qui on a trouvé plus de science et de sagesse qu’en aucun autre sous le règne de votre père. C’est pourquoi le roi Nabuchodonosor, votre père, l’établit chef des mages, des enchanteurs, des Chaldéens et des augures : votre père, dis-je, ô roi ! l’établit au-dessus d’eux tous ;

12 parce qu’on reconnut que cet homme appelé Daniel, à qui le roi donna le nom de Baltassar, avait reçu une plus grande étendue d’esprit qu’aucun autre, plus de prudence et d’intelligence pour interpréter les songes, pour découvrir les secrets, et pour développer les choses les plus obscures et les plus embarrassées. Qu’on fasse donc maintenant venir Daniel, et il interprétera cette écriture.

13 Aussitôt on fit venir Daniel devant le roi, et le roi lui dit : Êtes-vous Daniel, l’un des captifs des enfants de Juda, que le roi, mon père, avait emmené de Judée ?

14 On m’a dit de vous, que vous avez l’esprit des dieux ; et qu’il s’est trouvé en vous plus de science, d’intelligence et de sagesse qu’en aucun autre.

15 le viens de faire venir devant moi les sages et les mages pour lire et pour interpréter cette écriture, et ils n’ont pu me dire ce que ces lettres signifient.

16 Mais pour vous, on m’a rapporté que vous pouvez expliquer les choses les plus obscures, et développer les plus embarrassées. Si vous pouvez donc lire cette écriture, et m’en dire l’interprétation, vous serez vêtu de pourpre, vous porterez au cou un collier d’or, et vous serez le troisième d’entre les princes de mon royaume.

17 Daniel répondit à ces paroles du roi, et lui dit : Que vos présents, ô roi ! soient pour vous ; et faites part à un autre des honneurs de votre maison : je ne laisserai pas de vous lire cette écriture, et de vous dire ce qu’elle signifie.

18 Le Dieu très-haut, ô roi ! donna à Nabuchodonosor, votre père, le royaume, la grandeur, la gloire et l’honneur ;

19 et à cause de cette grande puissance que Dieu lui avait donnée, tous les peuples et toutes les nations, de quelque langue qu’elles fussent, le respectaient et tremblaient devant lui. Il faisait mourir ceux qu’il voulait ; il détruisait ceux qu’il lui plaisait ; il élevait ou il abaissait les uns ou les autres selon sa volonté.

20 Mais après que son cœur se fut élevé, et que son esprit se fut affermi dans son orgueil, il fut chassé du trône, il perdit son royaume, et sa gloire lui fut ôtée.

21 Il fut retranché de la société des enfants des hommes ; son cœur devint semblable à celui des bêtes ; il demeura avec les ânes sauvages, et il mangea l’herbe des champs comme un bœuf, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce qu’il reconnût que le Très-Haut a un souverain pouvoir sur les royaumes des hommes, et qu’il établit sur le trône qui il lui plaît.

22 Et vous, Baltassar, qui êtes son fils, vous-même n’avez point humilié votre cœur, quoique vous sussiez toutes ces choses ;

23 mais vous vous êtes élevé contre le Dominateur du ciel, vous avez fait apporter devant vous les vases de sa maison sainte, et vous avez bu dedans, vous, vos femmes et vos concubines, avec les grands de votre cour. Vous avez loué en même temps vos dieux d’argent et d’or, d’airain et de fer, de bois et de pierre, qui ne voient point, qui n’entendent point, et qui ne sentent point ; et vous n’avez point rendu gloire à Dieu qui tient dans sa main votre âme et tous les moments de votre vie.

24 C’est pourquoi Dieu a envoyé les doigts de cette main, qui a écrit ce qui est marqué sur la muraille.

25 Or voici ce qui est écrit : Mané, Thécel, Pharés :

26 et en voici l’interprétation : Mané : Dieu a compté les jours de votre règne, et il en a marqué l’accomplissement.

27 Thécel : Vous avez été pesé dans la balance, et on vous a trouvé trop léger.

28 Pharès : Votre royaume a été divisé, et il a été donné aux Mèdes et aux Perses.

29 Alors Daniel fut vêtu de pourpre par l’ordre du roi ; on lui mit au cou un collier d’or, et on fit publier qu’il aurait la puissance dans le royaume, comme en étant la troisième personne.

30 Cette même nuit, Baltassar, roi des Chaldéens, fut tué ;

31 et Darius, qui était Mède, lui succéda au royaume, étant âgé de soixante et deux ans.



DARIUS jugea à propos d’établir cent vingt satrapes sur son royaume, afin qu’ils eussent l’autorité dans toutes les provinces de son État.