Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/735

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans les premières charges, et tous les gouverneurs de provinces, s’assemblèrent pour assister à la dédicace de la statue que le roi Nabuchodonosor avait dressée. Ils se tenaient debout devant la statue que le roi Nabuchodonosor avait fait dresser ;

4 et le héraut criait à haute voix : Peuples, tribus et gens de toutes langues, on vous ordonne

5 qu’au moment que vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, vous vous prosterniez en terre, et que vous adoriez la statue d’or que le roi Nabuchodonosor a dressée.

6 Si quelqu’un ne se prosterne pas, et n’adore pas cette statue, il sera jeté sur l’heure au milieu des flammes de la fournaise.

7 Aussitôt donc que tous les peuples entendirent le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, tous les hommes de quelque nation, de quelque tribu et de quelque langue qu’ils fussent, adorèrent la statue d’or que Nabuchodonosor avait dressée.

8 Aussitôt et dans le même moment, des Chaldéens s’approchèrent, et accusèrent les Juifs,

9 en disant au roi Nabuchodonosor : Ô roi, vivez à jamais !

10 Vous avez fait une ordonnance, ô roi ! que tout homme au moment qu’il entendrait le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, se prosternât en terre, et adorât la statue d’or ;

11 et que si quelqu’un ne se prosternait pas et ne l’adorait pas, il serait jeté au milieu des flammes de la fournaise.

12 Cependant ceux des Juifs à qui vous avez donné l’intendance des affaires de la province de Babylone, Sidrach, Misach et Abdénago, méprisent, ô roi ! votre ordonnance ; ils n’honorent point vos dieux, et ils n’adorent point la statue d’or que vous avez dressée.

13 Alors Nabuchodonosor plein de fureur et de colère, commanda qu’on amenât devant lui Sidrach, Misach et Abdénago, qui furent amenés aussitôt devant le roi.

14 Et le roi Nabuchodonosor leur dit ces paroles : Est-il vrai, Sidrach, Misach et Abdénago, que vous n’honorez point mes dieux, et que vous n’adorez point la statue d’or que j’ai dressée ?

15 Maintenant donc, si vous êtes prêts à m’obéir, au moment que vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, prosternez-vous en terre, et adorez la statue que j’ai faite. Si vous ne l’adorez pas, vous serez jetés au même moment au milieu des flammes de la fournaise : et qui est le Dieu qui puisse vous arracher d’entre mes mains ?

16 Sidrach, Misach et Abdénago répondirent au roi Nabuchodonosor : Il n’est pas besoin, ô roi ! que nous vous répondions sur ce sujet.

17 Car notre Dieu, le Dieu que nous adorons, peut certainement nous retirer du milieu des flammes de la fournaise, et nous délivrer, ô roi ! d’entre vos mains.

18 S’il ne veut pas le faire, nous vous déclarons néanmoins, ô roi ! que nous n’honorons point vos dieux, et que nous n’adorons point la statue d’or que vous avez fait élever.

19 Alors Nabuchodonosor fut rempli de fureur, il changea de visage, et il regarda d’un œil de colère Sidrach, Misach et Abdénago : il commanda que le feu de la fournaise fût sept fois plus ardent qu’il n’avait accoutumé d’être.

20 Il donna ordre aux plus forts soldats de ses gardes de lier les pieds à Sidrach, Misach et Abdénago, et de les jeter ainsi au milieu des flammes de la fournaise.

21 En même temps ces trois hommes furent liés et jetés au milieu des flammes de la fournaise, avec leurs chausses, leurs tiares, leurs souliers et leurs vêtements :

22 car le commandement du roi pressait fort. Et comme la fournaise était extrêmement embrasée, les flammes du feu firent mourir les hommes qui y avaient jeté Sidrach, Misach et Abdenago.

23 Cependant ces trois hommes, Sidrach, Misach et Abdénago, tombèrent tout liés au milieu des flammes de la fournaise.

24 Alors le roi Nabuchodonosor fut frappé d’étonnement ; il se leva tout d’un coup, et dit aux grands de sa cour : N’avons-nous pas jeté trois hommes liés au milieu du feu ? Ils répondirent au roi : Oui, seigneur.

25 Nabuchodonosor leur dit : J’en vois quatre néanmoins qui marchent sans être liés au milieu du feu, qui sont incorruptibles dans les flammes, et dont le quatrième est semblable à un fils de Dieu.

26 Alors Nabuchodonosor s’étant approché de la porte de la fournaise ardente, dit : Sidrach, Misach et Abdénago, serviteurs du Dieu très-haut, sortez et venez. Aussitôt Sidrach, Misach et Abdénago sortirent du milieu du feu :

27 et les satrapes, les premiers officiers, les juges, et les grands de la cour du roi, regardaient attentivement ces jeunes hommes, voyant que le feu n’avait eu aucun pouvoir sur leurs corps, qu’un seul cheveu de leur tête n’en avait été brûlé, qu’il n’en paraissait aucune trace sur leurs vêtements, et que l’odeur même du feu n’était pas venue jusqu’à eux.

28 Alors Nabuchodonosor étant comme hors de lui-même, s’écria : Béni soit leur