Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/634

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quitté et s’est retiré, depuis les oiseaux du ciel jusqu’aux bêtes de la terre.

11 Je ferai de Jérusalem un amas de sable, et une caverne de dragons ; je changerai les villes de Juda en une affreuse solitude, sans qu’il y ait plus personne qui y habite.

12 Qui est l’homme sage qui comprenne ceci, à qui l’on puisse faire entendre la parole du Seigneur, afin qu’il l’annonce aux autres ; qui comprenne pourquoi cette terre a été désolée, qu’elle est devenue sèche et toute brûlée comme un désert, sans qu’il y ait personne qui y passe ?

13 C’est parce qu’ils ont abandonné la loi que je leur avais donnée, dit le Seigneur, qu’ils n’ont point écouté ma voix, qu’ils n’ont point marché selon ce que je leur avais prescrit ;

14 mais qu’ils ont suivi les égarements de leur cœur, et qu’ils ont adoré Baal selon qu’ils l’avaient appris de leurs pères.

15 C’est pourquoi, voici ce que dit le Seigneur des armées, le Dieu d’Israël : Je vais nourrir ce peuple d’absinthe ; je lui donnerai à boire de l’eau de fiel.

16 Je les disperserai parmi des nations qui leur sont inconnues comme elles l’ont été à leurs pères, et je les poursuivrai avec l’épée, jusqu’à ce qu’ils soient entièrement détruits.

17 Voici ce que dit le Seigneur des armées, le Dieu d’Israël : Cherchez avec soin et faites venir les femmes qui pleurent les morts ; envoyez à celles qui y sont les plus habiles.

18 Qu’elles se hâtent de pleurer sur nous avec des cris lamentables ; que nos yeux fondent en pleurs, et qu’il sorte de nos paupières des ruisseaux de larmes ;

19 parce qu’on entend de Sion des plaintes et des cris lugubres : A quelle désolation sommes-nous réduits ? et quelle est la confusion où nous nous voyons ? Nous abandonnons notre propre pays, et nos maisons ont été renversées par terre.

20 Ecoutez donc, femmes, la parole du Seigneur ; prêtez l’oreille à sa voix ; apprenez à vos filles à fondre en larmes ; et enseignez-vous les unes aux autres à jeter des cris de douleur ;

21 parce que la mort est montée par nos fenêtres, qu’elle est entrée dans nos maisons pour exterminer nos enfants, en sorte qu’on n’en trouve plus dans les rues, et nos jeunes hommes, en sorte qu’il n’en paraisse plus dans les places publiques.

22 Parlez. Voici ce que dit le Seigneur : Les corps morts des hommes tomberont sur la face de la terre comme le fumier, et comme les javelles tombent derrière les moissonneurs, sans qu’il y ait personne pour les relever.

23 Voici ce que dit le Seigneur : Que le sage ne se glorifie point dans sa sagesse ; que le fort ne se glorifie point dans sa force ; que le riche ne se glorifie point dans ses richesses ;

24 mais que celui qui se glorifie mette sa gloire à me connaître, et à savoir que je suis le Seigneur, qui fais miséricorde, et qui exerce l’équité et la justice sur la terre ; parce que c’est là ce qui me plaît, dit le Seigneur.

25 Le temps vient, dit le Seigneur, que je visiterai dans ma colère tous ceux qui sont circoncis, et ceux qui ne le sont pas :

26 l’Egypte, Juda, Edom, les enfants d’Ammon et Moab, et tous ceux qui se coupent les angles de leurs cheveux, et qui demeurent dans le désert : parce que toutes ces nations sont incirconcises de corps, mais tous les enfants d’Israël sont incirconcis de cœur.



ECOUTEZ ce que le Seigneur a dit pour vous, maison d’Israël :

2 Voici ce que dit le Seigneur : Ne vous rendez point disciples des erreurs des nations ; ne craignez point les signes du ciel comme les nations les craignent ;

3 parce que les lois des peuples de la terre ne sont que vanité. Un ouvrier coupe un arbre avec la cognée dans la forêt ; il le met en œuvre ;

4 il l’embellit en le couvrant de lames d’or et d’argent, qu’il unit ensemble avec des clous à coups de marteau, afin que nulle partie ne se sépare.

5 Cette statue demeure droite comme un tronc de palmier, et elle ne parle point ; on la porte et on la met où l’on veut, parce qu’elle ne peut marcher. Ne craignez donc point toutes ces idoles, parce qu’elles ne peuvent faire ni bien ni mal.

6 Seigneur ! il n’y a point de Dieu qui vous soit semblable. Vous êtes grand, et votre nom est grand en vertu et en puissance.

7 Qui ne vous craindra, ô Roi des nations ? parce que la gloire vous appartient, et que nul n’est semblable à vous parmi tous les sages, et dans tous les royaumes du monde.

8 Aussi on les convaincra qu’ils sont des fous et des insensés : car le bois qu’ils adorent est la preuve de leur folie.

9 On apporte de Tharsis le meilleur argent, et d’Ophaz l’or le plus pur : la main de l’ouvrier et du statuaire le met en œuvre ; l’hyacinthe et la pourpre éclatent dans les vêtements de leurs statues : tout cela n’est que l’ouvrage d’un homme habile dans son art.

10 Mais le Seigneur est lui-même le Dieu véritable, le Dieu vivant, le Roi éternel. Son indignation fait trembler la terre, et les nations ne peuvent soutenir ses menaces.

11 Vous leur parlerez donc de la sorte :