Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tournait en Egypte : Ne manquez pas de faire devant Pharaon tous les miracles que je vous ai donné le pouvoir de faire. J’endurcirai son cœur, et il ne laissera point aller mon peuple.

22 Vous lui parlerez donc de cette sorte : Voici ce que dit le Seigneur : Israël est mon fils aîné.

23 Je vous ai déjà dit : Laissez aller mon fils, afin qu’il me rende le culte qui m’est dû ; et vous n’avez point voulu le laisser aller : c’est pourquoi je vais tuer votre fils aîné.

24 Moïse étant en chemin, le Seigneur se présenta à lui dans l’hôtellerie, et il voulait lui ôter la vie.

25 Séphora prit aussitôt une pierre très-aiguë, et circoncit la chair de son fils ; et touchant les pieds de Moïse, elle lui dit : Vous m’êtes un époux de sang.

26 Alors le Seigneur laissa Moïse, après que Séphora eut dit à cause de la circoncision : Vous m’êtes un époux de sang.

27 Cependant le Seigneur dit à Aaron : Allez au-devant de Moïse dans le désert. Et Aaron alla au-devant de lui jusqu’à la montagne de Dieu, et il le baisa.

28 Moïse raconta à Aaron tout ce que le Seigneur lui avait dit en l’envoyant, et les miracles qu’il lui avait ordonné de faire.

29 Et étant venus tous deux en Egypte, ils firent assembler tous les anciens d’entre les enfants d’Israël.

30 Et Aaron rapporta tout ce que le Seigneur avait dit à Moïse, et fit des miracles devant le peuple.

31 Le peuple le crut, et ils comprirent que le Seigneur avait visité les enfants d’Israël, et qu’il avait regardé leur affliction ; et se prosternant en terre, ils l’adorèrent.



APRÈS cela Moïse et Aaron vinrent trouver Pharaon, et lui parlèrent en ces termes : Voici ce que dit le Seigneur, le Dieu d’Israël : Laissez aller mon peuple, afin qu’il me sacrifie dans le désert.

2 Mais il répondit : Qui est le Seigneur, pour que je sois obligé d’écouter sa voix, et de laisser sortir Israël ? Je ne connais point le Seigneur, et je ne laisserai point sortir Israël.

3 Ils lui dirent encore : Le Dieu des Hébreux nous a ordonné d’aller trois journées de chemin dans le désert pour sacrifier au Seigneur, notre Dieu, de peur que nous ne soyons frappés de la peste ou de l’épée.

4 Le roi d’Egypte leur répondit : Moïse et Aaron, pourquoi détournez-vous le peuple de leurs ouvrages ? Allez à votre travail.

5 Pharaon dit encore : Ce peuple s’est fort multiplié dans mon royaume : vous voyez que cette populace s’est beaucoup accrue : combien croîtrait-elle davantage si on lui relâchait quelque chose de son travail !

6 Le roi donna donc, ce jour-là même, cet ordre à ceux qui avaient l’intendance des ouvrages du peuple d’Israël, et qui exigeaient d’eux les travaux qu’on leur avait imposés, et leur dit :

7 Vous ne donnerez plus, comme auparavant, de paille à ce peuple pour faire leurs briques : mais qu’ils en aillent chercher eux-mêmes.

8 Et vous ne laisserez pas d’exiger d’eux la même quantité de briques qu’ils rendaient auparavant, sans en rien diminuer. Car ils n’ont pas de quoi s’occuper. C’est pourquoi ils crient, et se disent l’un à l’autre : Allons sacrifier à notre Dieu.

9 Qu’on les accable de travaux, qu’ils fournissent tout ce qu’on exige d’eux, afin qu’ils ne se repaissent plus de paroles de mensonge.

10 Alors ceux qui avaient l’intendance des ouvrages, et qui les exigeaient du peuple, dirent aux Hébreux : Voici l’ordre de Pharaon : Je ne vous donnerai plus de paille.

11 Allez, et cherchez-en où vous pourrez en trouver ; et néanmoins on ne diminuera rien de vos ouvrages.

12 Le peuple se répandit donc dans toute l’Egypte, afin d’amasser des pailles.

13 Et ceux qui avaient l’intendance des travaux les pressaient en leur disant : Rendez tous les jours la même quantité de briques que vous rendiez lorsqu’on vous donnait des pailles.

14 Ceux donc qui étaient commis sur les ouvrages des enfants d’Israël, furent battus de verges par les exacteurs de Pharaon, qui leur disaient : Pourquoi n’avez-vous pas rendu, ni hier, ni aujourd’hui, la même quantité de briques que vous faisiez auparavant ?

15 Alors ces gens qui commandaient aux enfants d’Israël pour les faire travailler, vinrent crier à Pharaon, en lui disant : Pourquoi traitez-vous ainsi vos serviteurs ?

16 On ne nous donne plus de paille, et on nous commande de rendre le même nombre de briques qu’auparavant. Nous sommes battus de verges, nous qui sommes vos serviteurs, et on tourmente injustement votre peuple.

17 Il leur répondit : Vous avez trop de loisir, et c’est ce qui vous fait dire : Allons sacrifier au Seigneur.

18 Allez donc, et travaillez : on ne vous donnera point de paille, et vous rendrez toujours la même quantité de briques.

19 Ainsi ceux qui étaient commis sur les ouvrages des enfants d’Israël, se trouvèrent dans une grande extrémité, à cause qu’on ne voulait leur rien diminuer du nombre des briques qu’ils étaient