Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/572

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉPOUSE.


11 Pendant que le Roi se reposait, le nard dont j’étais parfumée a répandu sa bonne odeur.

12 Mon bien-aimé est pour moi comme un bouquet de myrrhe qui demeurera entre mes mamelles.

13 Mon bien-aimé est pour moi comme une grappe de raisin de cypre dans les vignes d’Engaddi.


L’ÉPOUX.


14 Oh ! que vous êtes belle, ma bien-aimée ! oh ! que vous êtes belle ! Vos yeux sont comme les yeux des colombes.


L’ÉPOUSE.


15 Que vous êtes beau, mon bien-aimé ! que vous avez de grâces et de charmes ! Notre lit est couvert de fleurs ;

16 les solives de nos maisons sont de cèdre, nos lambris sont de cyprès.


L’ÉPOUX.


JE suis la fleur des champs, et je suis le lis des vallées.

2 Tel qu’est le lis entre les épines, telle est ma bien-aimée entre les filles.


L’ÉPOUSE.


3 Tel qu’est un pommier entre les arbres des forêts, tel est mon bien-aimé entre les enfants des hommes. Je me suis reposée sous l’ombre de celui que j’avais tant désiré, et son fruit est doux à ma bouche.

4 Il m’a fait entrer dans le cellier où il met son vin ; il a mis dans moi son amitié.

5 Soutenez-moi avec des fleurs, fortifiez-moi avec des fruits ; parce que je languis d’amour.

6 Il met sa main gauche sur ma tête, et il m’embrasse de sa main droite.


L’ÉPOUX.


7 Filles de Jérusalem, je vous conjure par les chevreuils et par les cerfs de la campagne, de ne point réveiller celle qui est la bien-aimée de mon âme, et de ne la point tirer de son repos, jusqu’à ce qu’elle le veuille.


L’ÉPOUSE.


8 J’entends la voix de mon bien-aimé : le voici qui vient, sautant sur les montagnes, passant par-dessus les collines.

9 Mon bien-aimé est semblable à un chevreuil, et à un faon de biche. Le voici qui se tient derrière notre mur, qui regarde par les fenêtres, qui jette sa vue au travers des barreaux.

10 Voilà mon bien-aimé qui me parle et qui me dit : Levez-vous, hâtez-vous, ma bien-aimée, ma colombe, mon unique beauté, et venez.

11 Car l’hiver est déjà passé, les pluies se sont dissipées, et ont cessé entièrement.

12 Les fleurs paraissent sur notre terre ; le temps de tailler la vigne est venu ; la voix de la tourterelle s’est fait entendre dans notre terre ;

13 le figuier a commencé à pousser ses premières figues ; les vignes sont en fleur, et elles répandent leur agréable odeur. Levez-vous, ma bien-aimée, mon unique beauté, et venez :

14 vous qui êtes ma colombe, vous qui vous retirez dans les creux de la pierre, dans les enfoncements de la muraille : montrez-moi votre visage ; que votre voix se fasse entendre à mes oreilles : car votre voix est douce, et votre visage est agréable.

15 Prenez-nous les petits renards qui détruisent les vignes : car notre vigne est en fleur.

16 Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui, et il se nourrit parmi les lis,

17 jusqu’à ce que le jour commence à paraître, et que les ombres se dissipent peu à peu. Retournez, mon bien-aimé, et soyez semblable à un chevreuil, et à un faon de cerf, qui court sur les montagnes de Béther.


L’ÉPOUSE.


J’AI cherché dans mon lit durant les nuits celui qu’aime mon âme : je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé.

2 Je me lèverai, ai-je dit, je ferai le tour de la ville ; et je chercherai dans les rues et dans les places publiques celui qui est le bien-aimé de mon âme : je l’ai cherché, et je ne l’ai point trouvé.

3 Les sentinelles qui gardent la ville, m’ont rencontrée, et je leur ai dit : N’avez-vous point vu celui qu’aime mon âme ?

4 Lorsque j’eus passé tant soit peu au delà d’eux, je trouvai celui qu’aime mon âme : je l’ai arrêté ; et je ne le laisserai point aller, jusqu’à ce que je le fasse entrer dans la maison de ma mère, et dans la chambre de celle qui m’a donné la vie.


L’ÉPOUX.


5 Filles de Jérusalem, je vous conjure par les chevreuils et par les cerfs de la campagne, de ne point réveiller celle qui est la bien-aimée de mon âme, et de ne la point tirer de son repos, jusqu’à ce qu’elle le veuille.


LES COMPAGNES DE L’ÉPOUSE.


6 Qui est celle-ci qui s’élève du désert comme une fumée qui monte des parfums de myrrhe, d’encens, et de toutes sortes de poudres de senteur ?


L’ÉPOUSE.


7 Voici le lit de Salomon environné de