Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/535

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Cantique des degrés.


ILS m’ont souvent attaqué depuis ma jeunesse ; qu’Israël le dise maintenant :

2 ils m’ont souvent attaqué depuis ma jeunesse ; mais ils n’ont pu prévaloir sur moi.

3 Les pécheurs ont travaillé sur mon dos : ils m’ont fait sentir longtemps leur injustice.

4 Le Seigneur qui est juste, coupera la tête des pécheurs.

5 Que tous ceux qui haïssent Sion, soient couverts de confusion, et retournent en arrière :

6 qu’ils deviennent comme l’herbe qui croît sur les toits, qui se sèche avant qu’on l’arrache ;

7 dont celui qui fait la moisson ne remplit point sa main, ni celui qui ramasse les gerbes, son sein.

8 Et ceux qui passaient n’ont pas dit : Que la bénédiction du Seigneur soit sur vous : nous vous bénissons au nom du Seigneur.



Cantique des degrés.


DU fond de l’abîme j’ai crié vers vous, Seigneur ! (2) Seigneur ! écoutez ma voix.

Que vos oreilles se rendent attentives à la voix de ma prière.

3 Si vous observez exactement, Seigneur ! nos iniquités ; Seigneur ! qui subsistera devant vous ?

4 Mais vous êtes plein de miséricorde ; et à cause des promesses de votre loi, (5) j’espère en vous, Seigneur !

Mon âme met son attente dans la parole du Seigneur, (6) mon âme a esperé au Seigneur.

Depuis le point du jour jusqu’à la nuit, (7) qu’Israël espère au Seigneur.

Car le Seigneur est plein de miséricorde, et l’on trouve en lui une rédemption abondante.

8 Lui-même rachètera Israël de toutes ses iniquités.



Cantique des degrés, de David.


SEIGNEUR ! mon cœur ne s’est point enflé d’orgueil, et mes yeux ne se sont point élevés : je ne me suis point engagé dans des démarches grandes et éclatantes qui fussent au-dessus de moi.

2 Si je n’avais pas des sentiments humbles et rabaissés, et si au contraire j’ai élevé mon âme ; que mon âme soit réduite au même état que l’est un enfant lorsque sa mère l’a sevré.

3 Qu’Israël espère au Seigneur, dès maintenant et dans tous les siècles.



Cantique des degrés.


SOUVENEZ-VOUS, Seigneur ! de David, et de toute sa douceur.

2 Souvenez-vous qu’il a juré au Seigneur, et a fait ce vœu au Dieu de Jacob :

3 Si j’entre dans le secret de ma maison ; si je monte sur le lit qui est préparé pour me coucher ;

4 si je permets à mes yeux de dormir, et à mes paupières de sommeiller,

5 et si je donne aucun repos à mes tempes, jusqu’à ce que je trouve un lieu propre pour le Seigneur, et un tabernacle pour le Dieu de Jacob.

6 Nous avons entendu dire, que l’arche était autrefois dans Éphrata ; nous l’avons trouvée dans un pays plein de bois.

7 Nous entrerons dans son tabernacle : nous l’adorerons dans le lieu où il a posé ses pieds.

8 Levez-vous, Seigneur ! pour entrer dans votre repos, vous et l’arche où éclate votre sainteté.

9 Que vos prêtres soient revêtus de justice, et que vos saints tressaillent de joie.

10 En considération de David, votre serviteur, ne rejetez pas le visage de votre Christ.

11 Le Seigneur a fait à David un serment très-véritable ; et il ne le trompera point : J’établirai, lui a-t-il dit, sur votre trône le fruit de votre ventre.

12 Si vos enfants gardent mon alliance, et ces préceptes que je leur enseignerai ; et que leurs enfants les gardent aussi pour toujours ; ils seront assis sur votre trône.

13 Car le Seigneur a choisi Sion ; il l’a choisie pour sa demeure.

14 C’est là pour toujours le lieu de mon repos : c’est là que j’habiterai, parce que je l’ai choisie.

15 Je donnerai à sa veuve une bénédiction abondante ; je rassasierai de pain ses pauvres.

16 Je revêtirai ses prêtres d’une vertu salutaire ; et ses saints seront ravis de joie.

17 C’est là que je ferai paraître la puissance de David : c’est là que j’ai préparé une lampe à mon Christ.

18 Je couvrirai de confusion ses ennemis ; mais je ferai éclater sur lui la gloire de ma propre sanctification.



Cantique des degrés, de David.


HA ! que c’est une chose bonne et agréable que les frères soient unis ensemble !

2 C’est comme le parfum excellent qui fut répandu sur la tête d’Aaron, et qui descendit sur les deux côtés de sa barbe, et jusque sur le bord de son vêtement :