Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



37 Ruben lui répondit : Faites mourir mes deux enfants, si je ne vous le ramène. Confiez-le-moi, et je vous le rendrai certainement.

38 Non, dit Jacob, mon fils n’ira point avec vous. Son frère est mort, et il est demeuré seul. S’il lui arrive quelque malheur au pays où vous allez, vous accablerez ma vieillesse d’une douleur qui m’emportera dans le tombeau.



CEPENDANT la famine désolait extraordinairement tout le pays ;

2 et le blé que les enfants de Jacob avaient apporté d’Egypte étant consumé, Jacob leur dit : Retournez en Egypte pour nous acheter encore un peu de blé.

3 Juda lui répondit : Celui qui commande en ce pays-là nous a déclaré sa volonté avec serment, en disant : Vous ne verrez point mon visage à moins que vous n’ameniez avec vous le plus jeune de vos frères.

4 Si vous voulez donc l’envoyer avec nous, nous irons ensemble, et nous achèterons ce qui vous est nécessaire.

5 Si vous ne voulez pas, nous n’irons point : car cet homme, comme nous vous l’avons dit plusieurs fois, nous a déclaré que nous ne verrions point son visage, si nous n’avions avec nous notre jeune frère.

6 Israël leur dit : C’est pour mon malheur que vous lui avez appris que vous aviez encore un autre frère.

7 Mais ils lui répondirent : Il nous demanda par ordre toute la suite de notre famille : si notre père vivait ; si nous avions encore un frère : et nous lui répondîmes conformément à ce qu’il nous avait demandé. Pouvions-nous deviner qu’il nous dirait : Amenez avec vous votre jeune frère ?

8 Juda dit encore à son père : Envoyez l’enfant avec moi, afin que nous puissions partir et avoir de quoi vivre, et que nous ne mourions pas, nous et nos petits enfants.

9 Je me charge de cet enfant, et c’est à moi à qui vous en demanderez compte. Si je ne le ramène, et si je ne vous le rends, je consens que vous ne me pardonniez jamais cette faute.

10 Si nous n’avions point tant différé, nous serions déjà revenus une seconde fois.

11 Israël, leur père, leur dit donc : Si c’est une nécessité absolue, faites ce que vous voudrez. Prenez avec vous des plus excellents fruits de ce pays-ci, pour en faire présent à celui qui commande ; un peu de résine, de miel, de storax, de myrrhe, de térébenthine et d’amandes.

12 Portez aussi deux fois autant d’argent qu’au premier voyage, et reportez celui que vous avez trouvé dans vos sacs, de peur que ce ne soit une méprise.

13 Enfin menez votre frère avec vous, et allez vers cet homme.

14 Je prie mon Dieu, le Dieu tout-puissant, de vous le rendre favorable, afin qu’il renvoie avec vous votre frère qu’il tient prisonnier, et Benjamin que je vous confie : cependant je demeurerai seul, comme si j’étais sans enfants.

15 Ils prirent donc avec eux les présents, et le double de l’argent qu’ils avaient la première fois, avec Benjamin ; et étant partis ils arrivèrent en Egypte, où ils se présentèrent devant Joseph.

16 Joseph les ayant vus, et Benjamin avec eux, dit à son intendant : Faites entrer ces personnes chez moi ; niez des victimes, et préparez un festin : parce qu’ils mangeront à midi avec moi.

17 L’intendant exécuta ce qui lui avait été commandé, et les fit entrer dans la maison.

18 Alors étant saisis de crainte, ils s’entre-disaient : C’est sans doute à cause de cet argent que nous avons remporté dans nos sacs, qu’il nous fait entrer ici, pour faire retomber sur nous ce reproche, et nous opprimer en nous réduisant en servitude, et se saisissant de nos ânes.

19 C’est pourquoi étant encore à la porte, ils s’approchèrent de l’intendant de Joseph,

20 et lui dirent : Seigneur, nous vous supplions de nous écouter : Nous sommes déjà venus une fois acheter du blé :

21 et après l’avoir acheté, lorsque nous fûmes arrivés à l’hôtellerie, en ouvrant nos sacs, nous y trouvâmes notre argent, que nous vous rapportons maintenant au même poids.

22 Et nous vous en rapportons encore d’autre, pour acheter ce qui nous est nécessaire : mais nous ne savons en aucune sorte qui a pu remettre cet argent dans nos sacs.

23 L’intendant leur répondit : Ayez l’esprit en repos ; ne craignez point. Votre Dieu, et le Dieu de votre père, vous a donné des trésors dans vos sacs : car pour moi j’ai reçu l’argent que vous m’avez donné, et j’en suis content. Il fit sortir aussi Siméon de la prison, et le leur amena.

24 Après les avoir fait entrer en la maison, il leur apporta de l’eau, ils se lavèrent les pieds, et il donna à manger à leurs ânes.

25 Cependant ils tinrent leurs présents tout prêts, attendant que Joseph entrât sur le midi, parce qu’on leur avait dit qu’ils devaient manger en ce lieu-là.

26 Joseph étant donc entré dans sa maison, ils lui offrirent leurs présents qu’ils tenaient en leurs mains, et ils l’adorèrent en se baissant jusqu’en terre.

27 Il les salua aussi, en leur faisant bon visage, et il leur demanda : Votre père,