Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/500

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cob, mais encore sur toute l’étendue de la terre.

15 Ils reviendront vers le soir, et ils souffriront la faim comme des chiens ; et ils tourneront autour de la ville.

16 Ils se disperseront pour chercher de quoi manger ; et s’ils ne sont point rassasiés, ils s’abandonneront au murmure.

17 Mais pour moi, je chanterai les louanges de votre puissance, et je rendrai gloire dès le matin à votre miséricorde par des chants de joie ; parce que vous vous êtes déclaré mon protecteur, et que vous êtes devenu mon refuge au jour de mon affliction.

18 Je chanterai votre gloire, ô mon défenseur ! parce que vous êtes le Dieu qui me protégez : vous êtes mon Dieu, ma miséricorde.



Pour la fin, pour ceux qui seront changés. Ceci est l’inscription du titre, pour servir d’instruction à David, (2) lorsqu’il brûla la Mésopotamie de Syrie et la Province de Sobal, et que Joah étant revenu, frappa l’Idumée dans la vallée des Salines, par la défaite de douze mille hommes.


3 Ô DIEU ! vous nous avez rejetés, et vous nous avez détruits ; vous vous êtes mis en colère, et vous avez eu ensuite pitié de nous.

4 Vous avez ébranlé la terre, et vous l’avez toute troublée : guérissez en elle ce qu’il y a de brisé, parce qu’elle a été ébranlée.

5 Vous avez fait voir et sentir à votre peuple des choses dures : vous nous avez fait boire d’un vin de douleur et de componction.

6 Vous avez donné à ceux qui vous craignent un signal, afin qu’ils fuient de devant l’arc.

7 Afin donc que vos bien-aimés soient délivrés, sauvez-moi par votre droite, et exaucez-moi.

8 Dieu a parlé par son saint : je me réjouirai, et je ferai le partage de Sichem ; et je prendrai les mesures de la Vallée des tentes.

9 Galaad est à moi, aussi bien que Manassé ; et Éphraïm est la force de ma tête ; Juda est le prince de mes États.

10 Moab est comme un vase qui nourrit mon espérance ; je m’avancerai dans l’Idumée, et la foulerai aux pieds : les étrangers m’ont été assujettis.

11 Qui est celui qui me conduira jusque dans la ville fortifiée ? qui est celui qui me conduira jusqu’en Idumée ?

12 Ne sera-ce pas vous, ô Dieu ! vous qui nous aviez rejetés, et qui ne marchiez plus, ô Dieu ! à la tête de nos armées ?

13 Donnez-nous votre secours pour nous tirer de l’affliction ; parce qu’on espère en vain son salut de la part de l’homme.

14 Avec Dieu nous ferons des actions de vertu et de courage ; et il réduira lui-même au néant tous ceux qui nous persécutent.



Pour la fin, sur les cantiques de David.


2 EXAUCEZ, ô Dieu ! l’ardente supplication que je vous fais : soyez attentif à ma prière.

3 J’ai crié vers vous des extrémités de la terre, lorsque mon cœur était accablé de tristesse : vous m’avez placé en un lieu élevé sur la pierre.

Vous m’avez conduit vous-même ; (4) parce que vous êtes devenu mon espérance, et comme une forte tour contre l’ennemi.

5 Je demeurerai pour toujours dans votre saint tabernacle : je serai en sûreté et à couvert sous vos ailes.

6 Car vous avez exaucé, ô mon Dieu ! ma prière : vous avez donné un héritage à ceux qui craignent votre nom.

7 Vous multiplierez les jours du Roi, et vous étendrez ses années dans la suite de toutes les races.

8 Il demeurera éternellement en la présence de Dieu : qui est celui qui recherchera et qui approfondira sa miséricorde et sa vérité ?

9 C’est ainsi que je chanterai dans toute la suite des siècles des cantiques à la gloire de votre nom, pour m’acquitter chaque jour des vœux dont je vous suis redevable.



Pour la fin, pour Idithun, Psaume de David.


2 MON âme ne sera-t-elle pas soumise à Dieu, puisque c’est de lui que je dois attendre mon salut ?

3 C’est lui-même qui est mon Dieu et mon Sauveur ; c’est lui qui est mon protecteur : c’est pourquoi je ne serai plus ébranlé.

4 Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme seul ; et vous joignant tous ensemble pour le tuer, le pousserez-vous comme une muraille qui penche déjà, et une masure tout ébranlée ?

5 Ils ont entrepris de me dépouiller de ma dignité, et j’ai couru dans l’ardeur de ma soif : ils me bénissaient de bouche, et me maudissaient dans leur cœur.

6 Néanmoins, mon âme, tenez-vous soumise à Dieu ; puisque c’est de lui que vient ma patience :

7 puisque c’est lui-même qui est mon Dieu et mon Sauveur, c’est lui qui prend ma défense ; et je ne serai point ébranlé.

8 C’est en Dieu que je trouve mon salut et ma gloire ; c’est de Dieu que j’attends du secours, et mon espérance est en Dieu.

9 Espérez en lui, vous tous qui composez l’assemblée de mon peuple ; répandez vos cœurs devant lui : Dieu sera notre défenseur éternel.

10 Mais les enfants des hommes sont