Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/491

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toute ma force m’a quitté ; et même la lumière de mes yeux n’est plus avec moi.

12 Mes amis et mes proches se sont élevés et déclarés contre moi ; et ceux qui étaient proches de moi, s’en sont tenus éloignés.

13 Ceux qui cherchaient à m’ôter la vie usaient de violence à mon égard ; et ceux qui cherchaient à m’accabler de maux, tenaient des discours pleins de vanité et de mensonge, et ne pensaient qu’à des tromperies durant tout le jour.

14 Mais pour moi, je suis devenu comme sourd, et je ne les écoutais point ; j’étais comme un muet qui n’ouvre pas la bouche.

15 Je suis devenu semblable à un homme qui n’entend point, et qui n’a rien dans la bouche pour répliquer.

16 Car c’est en vous, Seigneur ! que j’ai mis mon espérance ; vous m’exaucerez, Seigneur mon Dieu !

17 Car je vous ai demandé que mes ennemis ne triomphent point de joie sur moi ; eux qui ayant vu mes pieds ébranlés, ont parlé avec orgueil sur mon sujet.

18 Car je suis préparé à souffrir tous les châtiments ; et ma douleur est continuellement devant mes yeux.

19 Car je déclarerai mon iniquité ; et je serai toujours occupé de la pensée de mon péché.

20 Mes ennemis cependant sont pleins de vie ; ils se sont fortifiés de plus en plus contre moi ; et le nombre de ceux qui me haïssent injustement, s’est beaucoup augmenté.

21 Ceux qui rendent des maux pour les biens qu’ils ont reçus, me déchiraient par leurs médisances, à cause que je m’attachais au bien.

22 Ne m’abandonnez pas, Seigneur ! Mon Dieu ! ne vous retirez pas de moi. (23) Hâtez-vous de me secourir, Seigneur mon Dieu ! de qui dépend mon salut.



Pour la fin, à Idithun, Cantique de David.


2 J’AI dit en moi-même : J’observerai avec soin mes voies ; afin que je ne pèche point par ma langue. J’ai mis une garde a ma bouche, dans le temps que le pécheur s’élevait contre moi.

3 Je me suis tu et me suis humilié ; et j’ai gardé le silence pour ne pas dire même de bonnes choses : et ma douleur a été renouvelée.

4 Mon cœur s’est échauffé au dedans de moi ; et tandis que je méditais, un feu s’y est embrasé : je me suis servi de ma langue pour dire à Dieu :

5 Faites-moi connaître, Seigneur ! quelle est ma fin, et quel est le nombre de mes jours, afin que je sache ce qui m’en reste encore.

6 Je comprends que vous avez mis à mes jours une mesure fort bornée ; et que le temps que j’ai à vivre est devant vous comme un néant : oui, tout homme qui vit sur la terre, et tout ce qui est dans l’homme, n’est que vanité.

7 Oui, l’homme passe comme une ombre et comme une image ; et néanmoins il ne laisse pas de s’inquiéter et de se troubler, quoiqu’en vain : il amasse des trésors ; et il ne sait pas pour qui il les aura amassés.

8 Et maintenant quelle est mon attente ? n’est-ce pas le Seigneur ? Tout mon trésor est en vous, mon Dieu !

9 Délivrez-moi de toutes mes iniquités : vous m’avez rendu un objet de raillerie et de mépris à l’insensé.

10 Je suis devenu comme muet, et je n’ai pas seulement ouvert la bouche ; parce que c’est vous qui avez agi.

11 Mais détournez vos plaies de moi : car je suis tombé en défaillance sous la force de votre main, (12) lorsque vous m’avez repris.

Vous avez puni l’homme à cause de son iniquité ; et vous avez fait sécher son âme comme l’araignée : en vérité c’est bien en vain que tous les hommes se troublent et s’inquiètent.

13 Exaucez, Seigneur ! ma prière et mon humble supplication : rendez-vous attentif à mes larmes.

Ne gardez pas le silence : car je suis devant vous comme un étranger et un voyageur, de même que tous mes pères l’ont été.

14 Accordez-moi quelque relâche, afin que je reçoive quelque rafraîchissement, avant que je parte et que je ne sois plus.



Pour la fin, Psaume à David.


2 J’AI attendu, et je ne me suis point lassé d’attendre le Seigneur, et il m’a enfin regardé : il a exaucé mes prières.

3 Il m’a tiré de l’abîme de misère et de la boue profonde où j’étais ; et il a placé mes pieds sur la pierre, et a conduit mes pas.

4 Il m’a mis dans la bouche un cantique nouveau, pour être chanté à la gloire de notre Dieu.

Plusieurs le verront, et seront remplis de crainte ; et ils mettront leur espérance au Seigneur.

5 Heureux l’homme qui a mis son espérance au Seigneur, et qui n’a point arrêté sa vue sur des vanités et sur des objets également pleins d’extravagance et de tromperie.

6 Vous avez fait, Seigneur mon Dieu ! un grand nombre d’œuvres admirables ; et il n’y a personne qui vous soit semblable dans vos pensées. Lorsque j’ai voulu les annoncer et en parler, leur multitude m’a paru innombrable.

7 Vous n’avez voulu ni sacrifice, ni obla-