Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/457

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



22 Sa chair pendant qu’il vivra sera dans la douleur, et son âme déplorera elle-même son état.



APRÈS cela Eliphaz de Théman répondit à Job, et lui dit :

2 Le sage doit-il dans ses réponses parler comme en l’air, et remplir son cœur d’une chaleur inconsidérée ?

3 Vous accusez dans vos discours celui qui ne vous est point égal, et vous parlez d’une manière qui ne peut vous être que désavantageuse.

4 Vous avez détruit, autant qu’il est en votre pouvoir, la crainte de Dieu, et vous avez banni toutes les prières qu’on doit lui offrir.

5 Car votre iniquité a instruit votre bouche, et vous imitez les discours des blasphémateurs.

6 C’est votre propre bouche qui vous condamnera, et non pas moi, et ce seront vos lèvres qui répondront contre vous.

7 Etes-vous le premier homme qui ait été créé ? et avez-vous été formé avant les collines ?

8 Etes-vous entré dans le conseil de Dieu ? et sa sagesse sera-t-elle inférieure à la vôtre ?

9 Que savez-vous que nous ignorions ? et quelle lumière avez-vous que nous n’ayons pas ?

10 Il y a parmi nous des hommes vénérables par leur grand âge et par leur vieillesse, et il y en a de beaucoup plus anciens que vos pères.

11 Serait-il difficile à Dieu de vous consoler ? Mais vous l’en empêchez par l’emportement de vos paroles.

12 Pourquoi votre cœur conçoit-il de si hauts sentiments de lui-même, en sorte que l’égarement même de vos yeux témoigne l’orgueil de vos pensées ?

13 Pourquoi votre esprit s’enfle-t-il contre Dieu, jusqu’à proférer de si étranges discours ?

14 Qu’est-ce que l’homme pour être sans tache devant Dieu, et pour paraître juste étant né d’une femme ?

15 Entre ses saints mêmes, il n’y en a aucun qui ne soit sujet au changement, et les cieux ne sont pas purs devant ses yeux.

16 Combien plus l’homme qui boit l’iniquité comme l’eau, est-il abominable et inutile !

17 Ecoutez-moi, et je vous dirai ce que je pense ; je vous rapporterai ce que j’ai vu.

18 Les sages publient ce qu’ils savent, et ils ne cachent point ce qu’ils ont reçu de leurs pères ;

19 à qui seuls cette terre a été donnée, et qui l’ont défendue des courses des étrangers.

20 L’impie croît en orgueil de jour en jour, et le nombre des années de sa tyrannie est incertain.

21 Son oreille est toujours frappée de bruits effrayants ; et au milieu même de la paix il s’imagine toujours qu’on forme contre lui de mauvais desseins.

22 Quand il est dans la nuit, il n’espère plus le retour de la lumière, et il ne voit de tous côtés que des épées nues.

23 Lorsqu’il se remue pour chercher du pain, il se voit près d’être accablé parle jour des ténèbres.

24 La vue de l’adversité l’épouvante, et les malheurs qu’il se figure l’assiègent, comme un roi qui se prépare à donner bataille.

25 Car il a porté sa main contre Dieu, et il s’est roidi contre le Tout-Puissant.

26 Il a couru contre Dieu la tête levée, il s’est armé d’un orgueil inflexible.

27 La graisse a couvert tout son visage, et elle lui pend de tous côtés.

28 Il a fait sa demeure dans des villes désolées, dans des maisons désertes, qui ne sont plus que des monceaux de pierres.

29 Il ne s’enrichira point, son bien se dissipera en peu de temps, et il ne poussera point de racine sur la terre.

30 Il ne sortira point des ténèbres qui l’environnent ; et s’il étend ses branches, la flamme de la colère de Dieu les brûlera ; un seul souffle de sa bouche l’emportera.

31 Il ne croira point, dans la vaine erreur qui le possède, qu’il puisse être racheté d’aucun prix.

32 Il périra avant que ses jours soient accomplis, et ses mains se sécheront.

33 Il se flétrira comme la vigne tendre qui ne commençait qu’à fleurir, et comme l’olivier qui laisse tomber sa fleur.

34 Car tout ce qu’amasse l’hypocrite sera sans fruit, et le feu dévorera les maisons de ceux qui aiment à recevoir des présents.

35 Il conçoit la douleur, et il enfante l’iniquité, et son cœur s’occupe à inventer de nouveaux pièges.



JOB répondit à Eliphaz, et lui dit :

2 J’ai entendu souvent de pareils discours ; vous êtes tous des consolateurs importuns.

3 Ces discours en l’air ne finiront-ils jamais ? et qu’y a-t-il de plus aisé que de parler de la sorte ?

4 Je pourrais aussi moi-même parler comme vous : et plût à Dieu que votre âme fût au même état que la mienne !

5 Je vous consolerais aussi par mes discours, et je témoignerais sur mon visage ce que je ressentirais pour vous ;

6 je vous fortifierais par mes paroles, et je vous épargnerais dans tout ce qui sortirait de ma bouche.

7 Mais que ferai-je ? Si je parle, ma douleur ne s’apaisera point ; et si je demeure dans le silence, elle ne me quittera point.