Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


oublient Dieu ; et c’est ainsi que périra l’espérance de l’hypocrite.

14 Il sera forcé à la fin de condamner lui-même sa folie, et ce qui fait sa confiance ne sera que comme une toile d’araignée.

15 Il voudra s’appuyer sur sa maison, et elle n’aura point de fermeté ; il fera ses efforts pour la soutenir, et elle ne subsistera point.

16 Il est comme une plante qui a quelque fraîcheur avant que le soleil se lève, et qui pousse sa tige aussitôt qu’il est levé ;

17 ses racines se multiplient dans un tas de pierres, et elle demeure ferme au milieu des cailloux :

18 si on l’arrache de sa place, le lieu même où elle était la renoncera, et lui dira : Je ne vous ai jamais connue.

19 C’est donc là à quoi se réduit toute la prospérité de l’hypocrite : il se sèche sur la terre, afin que d’autres prennent sa place.

20 Mais Dieu ne rejettera point celui qui est simple, et il ne tendra point la main aux méchants :

21 jusqu’à ce que la joie se répande sur votre visage, et les chants d’allégresse sur vos lèvres :

22 alors ceux qui vous haïssaient seront couverts de confusion, et la maison des impies ne subsistera plus.



JOB répondit à Baldad :

2 Je sais assurément que cela est ainsi, et que l’homme, si on le compare avec Dieu, ne sera point juste.

3 S’il veut disputer contre Dieu, il ne pourra lui répondre sur une seule chose de mille que Dieu pourra lui objecter.

4 Dieu est sage et tout-puissant : qui lui a résisté, et est demeuré en paix ?

5 C’est lui qui transporte les montagnes, et ceux mêmes qu’il renverse avec elles dans sa fureur ne s’en aperçoivent pas.

6 C’est lui qui remue la terre de sa place, et qui fait que les colonnes sont ébranlées.

7 C’est lui qui commande au soleil, et le soleil ne se lève point ; et qui tient les étoiles enfermées comme sous le sceau.

8 C’est lui qui a formé seul la vaste étendue des cieux, et qui marche sur les flots de la mer.

9 C’est lui qui a créé les étoiles de l’Ourse, de l’Orion, des Hyades, et celles qui sont plus proches du Midi.

10 C’est lui qui fait des choses grandes et incompréhensibles, des choses miraculeuses qui sont sans nombre.

11 S’il vient à moi, je ne le verrai point ; et s’il s’en va, je ne m’en apercevrai point.

12 S’il interroge tout d’un coup, qui osera lui répondre ? ou qui pourra lui dire : Pourquoi faites-vous ainsi ?

13 C’est un Dieu à la colère duquel nul ne peut résister ; et ceux mêmes qui gouvernent le monde fléchissent sous lui.

14 Qui suis-je donc moi pour lui répondre, et pour oser lui parler ?

15 Quand il y aurait en moi quelque trace de justice, je ne répondrais point, mais je conjurerais mon juge de me pardonner.

16 Et lors même qu’il aurait exaucé ma prière, je ne croirais pas qu’il eût daigné entendre ma voix.

17 Car il me brisera quand il lui plaira, comme d’un coup de foudre, et il multipliera mes plaies sans que j’en sache même la raison.

18 Il ne me laisse pas seulement respirer, et il me remplit d’amertume.

19 Si l’on implore quelque puissance, il est tout-puissant ; si l’on en appelle à la justice d’un juge, il n’y a personne qui osât rendre témoignage en ma faveur.

20 Si j’entreprends de me justifier, ma propre bouche me condamnera ; si je veux montrer que je suis innocent, il me convaincra d’être coupable.

21 Quand je serais juste et simple, cela même me serait caché, et ma vie me serait à charge à moi-même.

22 Tout ce que j’ai dit se réduit à ce principe : Dieu afflige le juste aussi bien que l’impie.

23 S’il frappe de plaies, qu’il me tue tout d’un coup, et qu’il ne se rie pas des peines des innocents.

24 La terre est souvent livrée entre les mains de l’impie ; et alors il couvre d’un voile les yeux des juges : si ce n’est pas lui, qui est-ce donc ?

25 Les jours de ma vie ont passé plus vite qu’un courrier : ils se sont évanouis sans que j’y aie goûté aucune douceur.

26 Ils ont passe avec la même vitesse que des vaisseaux qui portent du fruit, et qu’un aigle qui fond sur sa proie.

27 Lorsque je dis en moi-même, Je ne parlerai plus pour me plaindre ; je sens que mon visage se change aussitôt, et que la douleur me déchire.

28 Je tremblais à chaque action que je faisais, sachant que vous ne pardonnez pas à celui qui pèche.

29 Si après cela je passe pour un méchant, pourquoi aurais-je travaillé en vain ?

30 Quand j’aurais été lavé dans de l’eau de neige, et que la pureté de mes mains éclaterait ;

31 votre lumière, Seigneur ! me ferait paraître à moi-même tout couvert d’ordure, et mes vêtements m’auraient en horreur.

32 Car je n’aurai pas à répondre à un homme semblable à moi, ni à contester avec lui comme avec mon égal.

33 Il n’y a personne qui puisse reprendre les deux parties, ni mettre sa main entre les deux.