Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/336

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


retirer, en disant : Je croyais qu’il viendrait me trouver, et que se tenant debout, il invoquerait le nom du Seigneur, son Dieu, qu’il toucherait de sa main ma lèpre, et qu’il me guérirait.

12 N’avons-nous pas à Damas les fleuves d’Abana et de Pharphar, qui sont meilleurs que tous ceux d’Israël, pour m’y laver, et me rendre le corps net ? Comme donc il avait déjà tourné le visage, et qu’il s’en allait tout indigné,

13 ses serviteurs s’approchèrent de lui, et lui dirent : Père, quand le prophète vous aurait ordonné quelque chose de bien difficile, vous auriez dû néanmoins le faire : combien donc devez-vous plutôt lui obéir, lorsqu’il vous a dit : Allez vous laver, et vous deviendrez net !

14 Il s’en alla donc, et se lava sept fois dans le Jourdain, selon que l’homme de Dieu lui avait ordonné ; et sa chair devint comme la chair d’un petit enfant, et il fut guéri de sa lèpre.

15 Après cela il retourna avec toute sa suite pour voir l’homme de Dieu, et il vint se présenter devant lui, et lui dit : Je sais certainement qu’il n’y a point d’autre Dieu dans toute la terre que celui qui est dans Israël. Je vous conjure donc de recevoir ce que votre serviteur vous offre.

16 Elisée lui répondit : Vive le Seigneur devant lequel je suis présentement ! je ne recevrai rien de vous. Et quelque instance que fît Naaman, il ne voulut jamais se rendre.

17 Naaman lui dit donc : Il faut faire ce que vous voulez ; mais je vous conjure de me permettre d’emporter la charge de deux mulets de la terre de ce pays. Car à l’avenir votre serviteur n’offrira plus d’holocaustes ou de victimes aux dieux étrangers ; mais il ne sacrifiera qu’au Seigneur.

18 Il n’y a qu’une chose pour laquelle je vous supplie de prier le Seigneur pour votre serviteur, qui est, que lorsque le roi, mon seigneur, entrera dans le temple de Remmon pour adorer en s’appuyant sur ma main, si j’adore dans le temple de Remmon, lorsqu’il y adorera lui-même, que le Seigneur me le pardonne.

19 Elisée lui répondit : Allez en paix. Naaman se sépara ainsi de lui, et il avait déjà fait une lieue de chemin,

20 lorsque Giézi qui servait l’homme de Dieu, dit en lui-même : Mon maître a épargné ce Naaman de Syrie, et n’a voulu rien prendre. Vive le Seigneur ! je courrai après lui, et j’en recevrai quelque chose.

21 Giézi s’en alla donc après Naaman, et Naaman le voyant courir vers lui, descendit promptement de son chariot, vint au-devant de lui, et lui dit : Tout va-t-il bien ?

22 Giézi lui répondit : Fort bien. Mon maître m’a envoyé vous dire, que deux jeunes hommes des enfants des prophètes lui sont arrivés tout à l’heure de la montagne d’Ephraïm. Il vous prie de me donner pour eux un talent d’argent et deux habits.

23 Naaman lui dit : Il vaut mieux que je vous donne deux talents. Et il le contraignit de les recevoir ; et ayant mis les deux talents d’argent et les deux habits dans deux sacs qu’il lia, il en chargea deux de ses serviteurs qui les portèrent devant Giézi.

24 Le soir étant venu, il les prit de leurs mains et les serra dans sa maison, et renvoya ces gens qui s’en retournèrent.

25 Giézi entra ensuite et vint se présenter devant son maître. Et Elisée lui dit : D’où venez-vous, Giézi ? Giézi lui répondit : Votre serviteur n’a été nulle part.

26 Mais Elisée lui répondit : Mon cœur n’était-il pas présent avec vous, lorsque cet homme est descendu de son chariot pour aller au-devant de vous ? Maintenant donc vous avez reçu de l’argent et des habits pour acheter des plants d’oliviers, des vignes, des bœufs, des brebis, des serviteurs et des servantes.

27 Mais aussi la lèpre de Naaman s’attachera à vous et à toute votre race pour jamais. Et Giézi se retira d’avec son maître tout couvert d’une lèpre blanche comme la neige.



UN jour les enfants des prophètes dirent à Elisée : Vous voyez que ce lieu-ci où nous demeurons avec vous est trop petit pour nous.

2 Permettez-nous d’aller jusqu’au Jourdain, afin que chacun de nous prenne du bois de la forêt, et que nous nous bâtissions là un logement où nous puissions demeurer. Elisée leur répondit : Allez.

3 L’un d’eux lui dit : Venez donc aussi vous-même avec vos serviteurs. Il lui répondit : J’irai.

4 Et il s’en alla avec eux. Lorsqu’ils furent venus jusqu’au Jourdain, ils commencèrent à couper du bois.

5 Mais il arriva que comme l’un d’eux abattait un arbre, le fer de sa cognée tomba dans l’eau. Aussitôt il s’écria, et dit à Elisée : Hélas ! mon seigneur, hélas ! j’avais emprunté cette cognée.

6 L’homme de Dieu lui dit : Où le fer est-il tombé ? Il lui montra l’endroit. Elisée coupa donc un morceau de bois et le jeta au même endroit, et le fer revint et nagea sur l’eau.

7 Elisée lui dit : Prenez-le. Il étendit sa main, et le prit.

8 Le roi de Syrie combattait un jour contre Israël ; et tenant conseil avec ses officiers, il leur dit : Il faut que nous dressions une embuscade en tel et tel endroit.