Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/332

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avez envoyé des gens pour consulter Béelzébub, le dieu d’Accaron, comme s’il n’y avait pas un Dieu en Israël que vous pussiez consulter ; vous ne relèverez point du lit sur lequel vous êtes couché, mais vous mourrez certainement.

17 Ochozias mourut donc, selon la parole que le Seigneur avait dite par Elie ; et Joram, son frère, régna en sa place la seconde année de Joram, fils de Josaphat, roi de Juda : car Ochozias n’avait point de fils.

18 Le reste des actions d’Ochozias est écrit au livre des Annales des rois d’Israël.



LORSQUE le Seigneur voulut enlever Elie au ciel par le moyen d’un tourbillon, il arriva qu’Elie et Elisée venaient de Galgala.

2 Et Elie dit à Elisée : Demeurez ici, parce que le Seigneur m’a envoyé jusqu’à Bethel. Elisée lui répondit : Vive le Seigneur, et vive votre âme ! je ne vous abandonnerai point. Ils allèrent donc à Béthel,

3 et les enfants des prophètes qui étaient à Béthel, vinrent dire à Elisée : Ne savez-vous pas que le Seigneur vous enlèvera aujourd’hui votre maître ? Elisée leur répondit : Je le sais comme vous, n’en dites rien.

4 Elie dit encore à Elisée : Demeurez ici, parce que le Seigneur m’a envoyé à Jéricho. Elisée lui répondit : Vive le Seigneur, et vive votre âme ! je ne vous abandonnerai point. Lorsqu’ils furent arrivés à Jéricho,

5 les enfants des prophètes qui étaient à Jéricho, vinrent dire à Elisce : Ne savez-vous pas que le Seigneur vous enlèvera aujourd’hui votre maître ? Il leur répondit : Je le sais comme vous, n’en dites rien.

6 Elie dit encore à Elisée : Demeurez ici, parce que le Seigneur m’a envoyé jusqu’au Jourdain. Elisée lui répondit : Vive le Seigneur, et vive votre âme ! je ne vous abandonnerai point. Ils allèrent donc tous deux ensemble,

7 et cinquante des enfants des prophètes les suivirent, qui s’arrêtèrent bien loin vis-à-vis d’eux. Et ils se tinrent tous deux au bord du Jourdain.

8 Alors Elie prit son manteau, et l’ayant plié, il en frappa les eaux qui se divisèrent en deux parts, et ils passèrent tous deux à sec.

9 Lorsqu’ils furent passés, Elie dit à Elisée : Demandez-moi ce que vous voudrez, afin que je l’obtienne pour vous, avant que je sois enlevé d’avec vous. Elisée lui répondit : Je vous prie de faire que j’aie une double portion de votre esprit.

10 Elie lui dit : Vous me demandez une chose bien difficile. Néanmoins si vous me voyez lorsque je serai enlevé d’avec vous, vous aurez ce que vous avez demandé ; mais si vous ne me voyez pas, vous ne l’aurez point.

11 Lorsqu’ils continuaient leur chemin, et qu’ils marchaient en s’entretenant, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent tout d’un coup l’un de l’autre, et Elie monta au ciel au milieu d’un tourbillon.

12 Elisée le voyait monter, et criait : Mon père ! mon père ! qui étiez le char d’Israël et son conducteur. Après cela il ne le vit plus. Et prenant ses vêtements, il les déchira en deux parts.

13 Il leva de terre en même temps le manteau qu’Elie avait laissé tomber, afin qu’il lui demeurât : et s’en revenant, il s’arrêta sur le bord du Jourdain,

14 et prit le manteau qu’Elie avait laissé tomber pour lui ; il en frappa les eaux, et elles ne furent point divisées. Alors il dit : Où est maintenant le Dieu d’Elie ? Et frappant les eaux une seconde fois, elles se partagèrent d’un côté et d’un autre, et il passa au travers.

15 Ce que voyant les enfants des prophètes qui étaient dans Jéricho, vis-à-vis de ce lieu-là, ils dirent : L’esprit d’Elie s’est reposé sur Elisée. Et venant au-devant de lui, ils se prosternèrent à ses pieds avec un profond respect,

16 et lui dirent : Il y a entre vos serviteurs cinquante hommes forts, qui peuvent aller chercher votre maître : car peut-être que l’Esprit du Seigneur l’aura enlevé, et jeté quelque part sur une montagne ou dans une vallée. Elisée leur répondit : N’y envoyez point.

17 Mais ils le contraignirent par leurs instances à y condescendre enfin, et à leur dire : Envoyez-y. Ils envoyèrent donc cinquante hommes, qui l’ayant cherché pendant trois jours ne le trouvèrent point.

18 Ils revinrent ensuite trouver Elisée, qui demeurait à Jéricho, et il leur dit : Ne vous avais-je pas dit : N’y envoyez point ?

19 Les habitants de la ville dirent aussi à Elisée : Seigneur, la demeure de cette ville est très-commode, comme vous le voyez vous-même ; mais les eaux y sont très-mauvaises, et la terre stérile.

20 Elisée leur répondit : Apportez-moi un vaisseau neuf, et mettez du sel dedans. Lorsqu’ils le lui eurent apporté,

21 il alla à la fontaine, et ayant jeté le sel dans l’eau, il dit : Voici ce que dit le Seigneur : J’ai rendu ces eaux saines, et elles ne causeront plus à l’avenir ni mort ni stérilité.

22 Ces eaux donc devinrent saines comme elles le sont encore aujourd’hui, selon la parole qu’Elisée prononça alors.

23 Elisée vint de là à Béthel ; et lorsqu’il marchait dans le chemin, de petits enfants étant sortis de la ville, se