Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui, envoya dire aux grands prêtres Sadoc et Abiathar : Parlez aux anciens de Juda, et dites-leur : Pourquoi êtes-vous les derniers à faire revenir le roi en sa maison ?

12 Vous êtes mes frères, vous êtes mes os et ma chair ; pourquoi êtes-vous les derniers à faire revenir le roi ?

13 Dites aussi à Amasa : N’êtes-vous pas mes os et ma chair ? Que Dieu me traite avec toute sa sévérité, si je ne vous fais pour toujours général de mon armée en la place de Joab.

14 Il gagna ainsi le cœur de tous ceux de Juda, qui tous unanimement lui envoyèrent dire : Revenez, vous, et tous ceux qui sont demeurés attachés à votre service.

15 Le roi retourna donc, et s’avança jusqu’au Jourdain ; et tout Juda vint au-devant de lui jusqu’à Galgala, pour lui faire passer le fleuve.

16 Or Seméi de Bahurim, fils de Géra, de la tribu de Benjamin, vint à grande hâte avec ceux de Juda au-devant du roi David,

17 suivi de mille hommes de Benjamin. Siba, serviteur de la maison de Saül, y vint aussi avec ses quinze fils, et vingt serviteurs. Ils se hâtèrent de passer le Jourdain pour aller trouver le roi.

18 Ils le passèrent à gué pour faire passer toute la maison du roi, et pour faire tout ce qu’il leur commanderait. Lorsque le roi eut passé le Jourdain, Seméi, fils de Géra, se prosternant devant lui,

19 lui dit : Ne me traitez point selon mon iniquité, mon seigneur : oubliez les injures que vous avez reçues de votre serviteur le jour que vous sortîtes de Jérusalem ; et que votre cœur, ô mon seigneur et mon roi ! n’en conserve point de ressentiment.

20 Car je reconnais le crime que j’ai commis : c’est pourquoi je suis venu le premier de toute la maison de Joseph au-devant de mon seigneur et de mon roi.

21 Abisaï, fils de Sarvia, dit alors : Ces paroles donc suffiront-elles pour sauver la vie à Seméi, après qu’il a maudit l’oint du Seigneur ?

22 Mais David répondit à Abisaï : Qu’y a-t-il entre vous et moi, enfants de Sarvia ? Pourquoi me devenez-vous aujourd’hui des tentateurs ? Est-ce ici un jour à faire mourir un Israélite ? Et puis-je ignorer que je deviens aujourd’hui roi d’Israël ?

23 Alors il dit à Seméi : Vous ne mourrez point. Et il le lui jura.

24 Miphiboseth, fils de Saül, vint aussi au-devant du roi. Depuis le jour que David était sorti de Jérusalem jusqu’à celui-ci qu’il retournait en paix, il n’avait ni lavé ses pieds, ni fait faire sa barbe, ni pris aucun soin de ses vêtements.

25 Etant donc venu faire la révérence au roi à Jérusalem, le roi lui dit : Miphiboseth, pourquoi n’êtes-vous point venu avec moi ?

26 Miphiboseth lui répondit : Mon seigneur et mon roi, mon serviteur n’a pas voulu m’obéir : car étant incommodé des jambes, comme je le suis, je lui avais dit de me préparer un âne pour vous suivre ;

27 et au lieu de le faire, il est venu m’accuser devant mon seigneur. Mais pour vous, ô mon seigneur et mon roi ! vous êtes comme un ange de Dieu ; faites de moi tout ce qu’il vous plaira.

28 Car au lieu que vous pouviez traiter toute la maison de mon père comme digne de mort, vous m’avez donné place à votre table. De quoi donc pourrais-je me plaindre avec quelque justice ? et quel sujet aurais-je de vous importuner encore ?

29 Le roi lui répondit : C’est assez, n’en dites pas davantage ; ce que j’ai ordonné subsistera. Vous et Siba, partagez le bien.

30 Miphiboseth répondit au roi : Je veux bien même qu’il ait tout ; puisque je vois mon seigneur et mon roi revenu heureusement en sa maison.

31 Berzellaï de Galaad, étant venu de Rogelim, accompagna aussi le roi à son passage du Jourdain ; et il était prêt à le conduire encore au delà du fleuve.

32 C’était un homme fort vieux, qui avait déjà quatre-vingts ans. Il avait fourni des vivres au roi lorsqu’il était au camp : car il était extrêmement riche.

33 Le roi lui dit donc : Venez avec moi, afin que vous viviez en repos auprès de moi dans Jérusalem.

34 Berzellaï dit au roi : Suis-je maintenant en âge d’aller avec le roi à Jérusalem ?

35 Ayant, comme j’ai, quatre-vingts ans, peut-il me rester quelque vigueur dans les sens, pour discerner ce qui est doux d’avec ce qui est amer ? Puis-je trouver quelque plaisir à boire et à manger, ou à entendre la voix des musiciens et des musiciennes ? Pourquoi votre serviteur serait-il à charge à mon seigneur et à mon roi ?

36 Je vous suivrai encore un peu après avoir passé le Jourdain ; mais je n’ai point mérité la grâce que vous voulez me faire.

37 Permettez-moi seulement de m’en retourner, afin que je meure dans mon pays, et que je sois enseveli auprès de mon père et de ma mère. Mais, mon seigneur et mon roi, voilà mon fils Chamaam, votre serviteur, que vous pouvez emmener avec vous, et faire de lui ce qu’il vous plaira.

38 Le roi dit à Berzellaï : Que Chamaam passe avec moi : je ferai pour lui tout ce que vous voudrez, et je vous ac-