Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui les cherchaient ne les ayant point trouvés, revinrent à Jérusalem.

21 Après qu’ils s’en furent retournés, Achimaas et Jonathas sortirent du puits, continuèrent leur chemin, et vinrent dire à David : Décampez, et passez le fleuve au plus tôt ; parce qu’Achitophel a donné un tel conseil contre vous.

22 David marcha donc aussitôt avec tous ses gens, et passa le Jourdain avant la pointe du jour, sans qu’il en demeurât un seul au deçà du fleuve.

23 Achitophel voyant qu’on n’avait point suivi le conseil qu’il avait donné, fit seller son âne, s’en alla à la maison qu’il avait en sa ville de Gilo, et ayant disposé de toutes ses affaires, il se pendit, et fut enseveli dans le sépulcre de son père.

24 David vint ensuite au camp, et Absalom suivi de tout Israël passa aussi le Jourdain.

25 Absalom fit général de son armée au lieu de Joab, Amasa, fils d’un homme de Jezraël nommé Jétra, qui avait épousé Abigaïl, fille de Naas, et sœurde Sarvia, mère de Joab.

26 Israël se campa avec Absalom dans le pays de Galaad.

27 David étant venu au camp, Sobi, fils de Naas de Rabbath, ville des Ammonites, Machir, fils d’Ammihel de Lodabar, et Berzellaï de Rogelim en Galaad,

28 lui offrirent des lits, des tapis, des vaisseaux de terre, du blé, de l’orge, de la farine, de l’orge séché au feu, des fèves, des lentilles et des pois fricassés,

29 du miel, du beurre, des brebis et des veaux gras. Ils apportèrent tout ceci à David, et à ceux qui le suivaient ; parce qu’ils crurent bien que le peuple venant de passer par le désert, était abattu de faim, de soif et de lassitude.



DAVID ayant fait la revue de ses gens, établit sur eux des tribuns et des centeniers.

2 Il donna le tiers de ses troupes à commander à Joab, le tiers à Abisaï, fils de Sarvia et frère de Joab, et le tiers à Ethaï de Geth. Le roi dit ensuite à ses gens : Je veux me trouver au combat avec vous.

3 Mais ses gens lui répondirent : Vous ne viendrez point avec nous : car quand les ennemis nous auraient fait fuir, ils ne croiraient pas avoir fait grande chose ; et quand ils auraient taillé en pièces la moitié de nos troupes, ils n’en seraient pas fort satisfaits ; parce que vous êtes considéré vous seul comme dix mille hommes. Il vaut donc mieux que vous demeuriez dans la ville, afin que vous soyez en état de nous secourir.

4 Le roi leur dit : Je ferai ce que vous voudrez. Il se tint donc à la porte de la ville de Mahanaïm, pendant que toute l’armée en sortait en diverses troupes de cent hommes et de mille hommes.

5 En même temps il donna cet ordre à Joab, à Abisaï et à Ethaï : Conservez-moi mon fils Absalom. Et tout le peuple entendit le roi qui recommandait Absalom à tous ses généraux.

6 L’armée marcha donc en bataille contre Israël, et la bataille fut donnée dans la forêt d’Ephraïm.

7 L’armée de David tailla en pièces celle d’Israël. La défaite fut grande, et vingt mille hommes demeurèrent sur la place.

8 Les gens d’Absalom fuyant après le combat, furent dispersés de tous côtés : et il y en eut beaucoup plus qui périrent dans la forêt, qu’il n’y en eut qui moururent par l’épee en ce jour-là.

9 Absalom même fut rencontré par les gens de David : car lorsqu’il était sur son mulet, et qu’il passait sous un grand chêne fort touffu, sa tête s’embarrassa dans les branches du chêne ; et son mulet passant outre, il demeura suspendu entre le ciel et la terre.

10 Un soldat le vit en cet état, et vint dire à Joab : J’ai vu Absalom pendu à un chêne.

11 Joab dit à celui qui lui avait apporté cette nouvelle : Si tu l’as vu, pourquoi ne lui as-tu pas passé ton épée au travers du corps ? et je t’aurais donné dix sicles d’argent et un baudrier.

12 Il répondit à Joab : Quand vous me donneriez présentement mille pièces d’argent, je me garderais bien de porter la main sur la personne du fils du roi : car nous avons tous entendu l’ordre que le roi vous a donné, à vous, à Abisaï et à Ethaï, lorsqu’il vous a dit : Conservez-moi mon fils Absalom.

13 Et si je m’étais hasardé à faire une action si téméraire, elle n’aurait pu être cachée au roi ; et vous seriez-vous opposé à lui ?

14 Joab lui dit : Je ne m’en rapporterai pas à toi ; mais je l’attaquerai moi-même en ta présence. Il prit donc en sa main trois dards, dont il perça le cœur d’Absalom. Et lorsqu’il respirait encore, toujours pendu au chêne,

15 dix jeunes écuyers de Joab accoururent, le percèrent de coups, et l’achevèrent.

16 Aussitôt Joab fit sonner la retraite ; et voulant épargner le peuple, il empêcha ses gens de poursuivre davantage les Israélites qui fuyaient.

17 Ainsi les Israélites se retirèrent chacun chez soi. On emporta Absalom, et on le jeta dans une grande fosse qui était dans le bois, sur laquelle on éleva un grand monceau de pierres.

18 Or Absalom, lorsqu’il vivait encore, s’était fait dresser une colonne dans la vallée du Roi. Je n’ai point de fils, disait-il, et ce sera là un monument qui fera vivre mon nom. Il donna donc son nom