Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



21 Alors ses officiers lui dirent : D’où vient cette conduite si extraordinaire ? Vous jeûniez et vous pleuriez pour l’enfant lorsqu’il vivait encore : et après qu’il est mort, vous vous êtes levé, et vous avez mangé.

22 David leur répondit : J’ai jeûné et j’ai pleuré pour l’enfant tant qu’il a vécu ; parce que je disais : Qui sait si le Seigneur ne me le donnera point, et s’il ne lui sauvera point la vie ?

23 Mais maintenant qu’il est mort, pourquoi jeûnerais-je ? Est-ce que je puis encore le faire revivre ? C’est moi plutôt qui irai à lui ; et il ne reviendra jamais à moi.

24 David ensuite consola sa femme Bethsabée ; il dormit avec elle, et elle eut un fils, qu’il appela Salomon : le Seigneur aima cet enfant.

25 Et ayant envoyé à David le prophète Nathan, il donna à l’enfant le nom d’Aimable-au-Seigneur ; parce que le Seigneur l’aimait.

26 Joab continua à battre Rabbath, ville des Ammonites ; et étant près de prendre cette ville royale,

27 il envoya des courriers à David, avec ordre de lui dire : J’ai battu jusqu’ici Rabbath ; et cette ville environnée d’eau va être prise.

28 Faites assembler le reste du peuple, et venez au siège de la ville, et la prenez ; de peur que lorsque je l’aurai détruite, on ne m’attribue l’honneur de cette victoire.

29 David assembla donc tout le peuple, et marcha contre Rabbath ; et apres quelques combats, il la prit.

30 Il ôta de dessus la tête du roi des Ammonites le diadème qui pesait un talent d’or, et était enrichi de pierreries très-précieuses ; et il fut mis sur la tête de David. Il remporta aussi de la ville un fort grand butin :

31 et ayant fait sortir les habitants, il les coupa avec des scies ; fit passer sur eux des chariots avec des roues de fer ; les tailla en pièces avec des couteaux, et les jeta dans des fourneaux où l’on cuit la brique : c’est ainsi qu’il traita toutes les villes des Ammonites. David revint ensuite à Jérusalem avec toute son armée.



APRÈS cela Amnon, fils de David, conçut une passion violente pour la sœur d’Absalom, aussi fils de David, qui était très-belle, et qui s’appelait Thamar.

2 L’affection qu’il avait pour elle devint si excessive, que cet amour le rendit malade ; parce que, comme elle était vierge, il paraissait difficile à Amnon de rien faire avec elle contre l’honnêteté.

3 Or Amnon avait un ami fort prudent, qui s’appelait Jonadab, fils de Semmaa, frère de David.

4 Jonadab dit donc à Amnon : D’où vient, mon prince, que vous maigrissez ainsi de jour en jour ? pourquoi ne m’en dites-vous point la cause ? Amnon lui répondit : J’aime Thamar, sœur de mon frère Absalom.

5 Jonadab lui dit : Couchez-vous sur votre lit, et faites semblant d’être malade ; et lorsque votre père viendra vous visiter, dites-lui : Que ma sœur Thamar vienne, je vous prie, pour m’apprêter à manger ; et qu’elle me prépare quelque chose que je reçoive de sa main.

6 Amnon se mit donc au lit, et commença à faire le malade. Et lorsque le roi fut venu le visiter, Amnon lui dit : Que ma sœur Thamar vienne, je vous prie, et qu’elle fasse devant moi deux petits gâteaux, afin que je prenne à manger de sa main.

7 David envoya donc chez Thamar, et lui fit dire : Allez à l’appartement de votre frère Amnon, et préparez-lui à manger.

8 Thamar y étant venue, trouva son frère Amnon qui était couché. Elle prit de la farine, la pétrit et la délaya, et fit cuire le tout devant lui.

9 Et prenant ce qu’elle avait fait cuire, elle le mit dans un vase, et le lui présenta ; mais Amnon n’en voulut point manger, et il dit : Qu’on fasse sortir tout le monde. Lorsque tout le monde fut sorti,

10 Amnon dit à Thamar : Apportez ici dans mon alcôve ce que vous avez apprêté, afin que je le reçoive de votre main. Thamar prit donc les petits gâteaux qu’elle avait faits, et les porta à Amnon, son frère, dans son alcôve.

11 Et après qu’elle les lui eut présentés, Amnon se saisit d’elle, et lui dit : Venez, ma sœur, couchez avec moi.

12 Elle lui répondit : Non, mon frère ; ne me faites pas violence, cela n’est pas permis dans Israël : ne faites pas cette folie.

13 Car je ne pourrai porter mon opprobre ; et vous passerez dans Israël pour un insensé. Mais demandez-moi plutôt au roi en mariage, et il ne refusera pas de me donner à vous.

14 Mais Amnon ne voulut point se rendre à ses prières ; et étant plus fort qu’elle, il lui fit violence, et abusa d’elle.

15 Aussitôt il conçut pour elle une étrange aversion ; de sorte que la haine qu’il lui portait était encore plus excessive que la passion qu’il avait eue pour elle auparavant. Il lui dit donc : Levez-vous, et allez-vous-en.

16 Thamar lui répondit : L’outrage que vous me faites maintenant en me chassant de la sorte, est encore plus grand que celui que vous venez de me faire. Amnon ne voulut point l’écouter ;

17 mais ayant appelé un de ses domestiques qui le servait, il lui dit : Mettez-la