Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/286

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



21 Qui tua Abimélech, fils de Jérobaal ? Ne fut-ce pas une femme qui jeta sur lui du haut de la muraille un morceau d’une meule, et le tua à Thèbes ? Pourquoi vous êtes-vous approchés si près des murs ? Vous lui direz : Urie, Héthéen, votre serviteur, a aussi été tué.

22 Le courrier partit donc, et vint dire à David ce que Joab lui avait commandé ;

23 et il lui parla en ces termes : Les assiégés ont eu quelque avantage sur nous ; ils sont sortis hors de la ville pour nous charger, et nous les avons poursuivis avec grande vigueur jusqu’à la porte de la ville.

24 Mais les archers ont lancé leurs traits contre nous du haut des murailles. Quelques-uns de vos gens y ont été tués ; et Urie, Héthéen, votre serviteur, y est demeuré mort entre les autres.

25 David répondit au courrier : Vous direz ceci à Joab : Que cela ne vous étonne point : car les événements de la guerre sont journaliers ; et tantôt l’un, tantôt l’autre, périt par l’épée. Relevez le courage de vos soldats, et animez-les contre la ville, afin que vous puissiez la détruire.

26 La femme d’Urie ayant appris que son mari était mort, le pleura.

27 Et après que le temps du deuil fut passé, David la fit venir en sa maison, et l’épousa. Elle lui enfanta un fils. Et cette action qu’avait faite David, déplut au Seigneur.



LE Seigneur envoya donc Nathan vers David. Et Nathan étant venu le trouver, lui dit : Il y avait deux hommes dans une ville, dont l’un était riche, et l’autre pauvre.

2 Le riche avait un grand nombre de brebis et de bœufs.

3 Le pauvre n’avait rien du tout qu’une petite brebis, qu’il avait achetée et avait nourrie ; qui était crue parmi ses enfants en mangeant de son pain, buvant de sa coupe, et dormant dans son sein ; et il la chérissait comme sa fille.

4 Un étranger étant venu voir le riche, celui-ci ne voulut point toucher à ses brebis ni à ses bœufs pour lui faire festin ; mais il prit la brebis de ce pauvre homme et la donna à manger à son hôte.

5 David entra dans une grande indignation contre cet homme, et dit à Nathan : Vive le Seigneur ! celui qui a fait cette action est digne de mort.

6 Il rendra la brebis au quadruple pour en avoir usé de la sorte, et pour n’avoir point épargné ce pauvre.

7 Alors Nathan dit à David : C’est vous-même qui êtes cet homme. Voici ce que dit le Seigneur, le Dieu d’Israël : Je vous ai sacré roi sur Israël, et vous ni délivré de la main de Saül.

8 Je vous ai mis entre les mains la maison et les femmes de votre seigneur, et vous ai rendu maître de toute la maison d’Israël et de Juda. Si cela paraît peu de chose, je suis prêt à y en ajouter encore beaucoup d’autres.

9 Pourquoi donc avez-vous méprisé ma parole, jusqu’à commettre le mal devant mes yeux ? Vous avez fait perdre la vie à Urie, Héthéen : vous lui avez ôté sa femme, et l’avez prise pour vous ; et vous l’avez tué par l’épee des enfants d’Ammon.

10 C’est pourquoi l’épée ne sortira jamais de votre maison ; parce que vous m’avez méprisé, et que vous avez pris pour vous la femme d’Urie, Héthéen.

11 Voici donc ce que dit le Seigneur : Je vais vous susciter des maux qui naîtront de votre propre maison. Je prendrai vos femmes à vos yeux ; je les donnerai à un autre qui vous est proche, et il dormira avec elles aux yeux de ce soleil que vous voyez.

12 Car pour vous, vous avez fait cette action en secret ; mais pour moi je la ferai à la vue de tout Israël, et à la vue du soleil.

13 David dit à Nathan : J’ai péché contre le Seigneur. Et Nathan lui répondit : Le Seigneur aussi a transféré votre péché ; et vous ne mourrez point.

14 Mais néanmoins, parce que vous avez été cause par votre péché que les ennemis du Seigneur ont blasphémé contre lui, le fils qui vous est né va certainement perdre la vie.

15 Nathan retourna ensuite à sa maison. En même temps le Seigneur frappa l’enfant que la femme d’Urie avait eu de David, et il fut désespéré.

16 David pria le Seigneur pour l’enfant ; il jeûna, il se retira en particulier, et demeura couché sur la terre.

17 Les principaux de sa maison vinrent le trouver, et lui firent de grandes instances pour l’obliger à se lever de terre ; mais il le refusa, et ne mangea point avec eux.

18 Le septième jour l’enfant mourut, et les serviteurs de David n’osaient lui dire qu’il était mort ; car ils s’entre-disaient : Lorsque l’enfant vivait encore et que nous lui parlions, il ne voulait pas nous écouter : combien donc s’affligera-t-il encore davantage, si nous lui disons qu’il est mort ?

19 David voyant que ses officiers parlaient tout bas entre eux, reconnut que l’enfant était mort ; et le leur ayant demandé, ils lui répondirent qu’il était mort.

20 Aussitôt il se leva de terre, alla au bain, prit de l’huile de parfum ; et ayant changé d’habit, il entra dans la maison du Seigneur, et l’adora : il revint ensuite en sa maison, il demanda qu’on lui servît à manger, et il prit de la nourriture.