Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sommes donnée l’un à l’autre, que le Seigneur en soit témoin pour jamais entre vous et moi.

24 David se cacha donc dans le champ, et le premier jour du mois étant venu, le roi se mit à table pour manger ;

25 et étant assis, selon la coutume, sur son siège qui était contre la muraille, Jonathas se leva, Abner s’assit au côte de Saûl, et la place de David demeura vide.

26 Saûl n’en parla point ce premier jour, ayant cru que peut-être David ne se serait pas trouvé pur ce jour-là.

27 Le second jour étant venu, la place de David se trouva encore vide. Alors Saül dit à Jonathas, son fils : Pourquoi le fils d’Isaï n’est-il pas venu manger ni hier ni aujourd’hui ?

28 Jonathas répondit à Saül : Il m’a prié avec beaucoup d’instance d’agréer qu’il allât à Bethléhem,

29 en me disant : Laissez-moi aller, je vous prie, parce qu’il y a un sacrifice solennel en notre ville, et l’un de mes frères est venu me prier d’y aller : si donc j’ai trouvé grâce devant vos yeux, permettez-moi d’y faire un tour pour voir mes frères. C’est pour cela qu’il n’est pas venu manger avec le roi.

30 Alors Saül se mettant en colère contre Jonathas, lui dit : Fils de femme prostituée, est-ce que j’ignore que tu aimes le fils d’Isaï à ta honte et à la honte de ta mère infâme ?

31 Car tant que le fils d’Isaï vivra sur la terre, tu ne seras jamais en sûreté, ni pour ta vie, ni pour le droit que tu as à la couronne. Envoie donc présentement le chercher, et amène-le-moi : car il faut qu’il meure.

32 Jonathas répondit à Saül, son père : Pourquoi mourra-t-il ? qu’a-t-il fait ?

33 Saül prit une lance pour l’en percer. Jonathas reconnut donc que son père était résolu de faire mourir David ;

34 et il se leva de table tout en colère, et ne mangea point ce second jour, parce qu’il était affligé de l’état de David, et de ce que son père l’avait outragé lui-même.

35 Le lendemain dès le point du jour Jonathas vint dans le champ, selon qu’il en était demeuré d’accord avec David, et il amena avec lui un petit garçon,

36 auquel il dit : Allez, et rapportez-moi les flèches que je tire. L’enfant ayant donc couru pour rapporter la première, Jonathas en tira une autre plus loin.

37 L’enfant étant donc venu au lieu où était la première flèche que Jonathas avait tirée, Jonathas cria derrière lui, et lui dit : Voilà la flèche qui est au delà de vous.

38 Il lui cria encore, et lui dit : Allez vite, hâtez-vous, ne demeurez point. L’enfant ayant ramassé les flèches de Jonathas, les rapporta à son maître,

39 sans rien comprendre à ce qui se faisait : car il n’y avait que Jonathas et David qui le sussent.

40 Jonathas ensuite donna ses armes à l’enfant, et lui dit : Allez, et reportez-les à la ville.

41 Quand l’enfant s’en fut allé, David sortit du lieu où il était, qui regardait le midi. Il fit par trois fois une profonde révérence à Jonathas en se baissant jusqu’en terre ; et s’étant salués en se baisant, ils pleurèrent tous deux, mais David encore plus.

42 Jonathas dit donc à David : Allez en paix ; que ce que nous avons juré tous deux au nom du Seigneur demeure ferme ; et que le Seigneur, comme nous avons dit, soit témoin entre vous et moi, et entre votre race et ma race pour jamais.

43 David en même temps se retira, et Jonathas rentra dans la ville.



APRÈS cela David alla à Nobé vers le grand prêtre Achimélech. Achimélech fut surpris de sa venue, et lui dit : D’où vient que vous venez seul, et qu’il n’y a personne avec vous ?

2 David répondit au grand prêtre Achimélech : Le roi m’a donné un ordre, et m’a dit : Que personne ne sache pourquoi je vous envoie, ni ce que je vous ai commandé. J’ai même donné rendez-vous à mes gens en tel et tel lieu.

3 Si donc vous avez quelque chose à manger, quand ce ne serait que cinq pains, ou quoi que ce soit, donnez-le-moi.

4 Le grand prêtre répondit à David : Je n’ai point ici de pain pour le peuple : je n’ai que du pain qui est saint, pourvu que vos gens soient purs, particulièrement à l’égard des femmes.

5 David répondit au grand prêtre, et lui dit : Pour ce qui regarde les femmes, depuis hier et avant-hier que nous sommes partis, nous ne nous en sommes point approchés, et nos vêtements aussi étaient purs. Il est vrai qu’il y est arrivé quelque impureté légale en chemin ; mais ils en seront aujourd’hui purifiés.

6 Le grand prêtre lui donna donc du pain sanctifié : car il n’y en avait point là d’autre que les pains exposés devant le Seigneur, qui avaient été ôtés de devant sa présence, pour y en mettre de chauds en la place.

7 Or un certain homme des officiers de Saül se trouva alors au dedans du tabernacle du Seigneur. C’était un Iduméen, nommé Doëg, et le plus puissant d’entre les bergers de Saül.

8 David dit encore à Achimélech : N’avez-vous point ici une lance, ou une épée ? Car je n’ai point apporté avec moi mon épée, ni mes armes, parce que l’ordre du roi pressait fort.