Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la troisième fois, et ils prophétisèrent encore. Et alors entrant dans une grande colère,

22 il s’en alla lui-même à Ramatha, s’avança jusqu’à la grande citerne qui est à Socho, et demanda en quel lieu étaient Samuel et David ; on lui répondit : Ils sont à Naïoth de Ramatha.

23 Aussitôt il s’y en alla, et fut saisi lui-même de l’Esprit du Seigneur ; et il prophétisait durant tout le chemin, jusqu’à ce qu’il fût arrivé à Naïoth près de Ramatha.

24 Il se dépouilla aussi lui-même de ses habits ; prophétisa avec les autres devant Samuel, et demeura nu par terre tout le jour et toute la nuit : ce qui donna lieu à ce proverbe : Saül est-il donc aussi devenu prophète ?



OR David s’enfuit de Naïoth près de Ramatha ; et étant venu parler à Jonathas, il lui dit : Qu’ai-je fait ? Quel est mon crime ? Quelle faute ai-je commise contre votre père, pour l’obliger à vouloir ainsi m’ôter la vie ?

2 Jonathas lui dit : Non, vous ne mourrez point : car mon père ne fait aucune chose, ni grande ni petite, sans m’en parler. N’y aurait-il donc que cela seul qu’il aurait voulu me cacher ? Non, cela ne sera point.

3 Et il se lia de nouveau à David par serment. Mais David lui dit : Votre père sait très-bien que j’ai l’honneur d’être dans vos bonnes grâces : c’est pourquoi il aura dit en lui-même : Il ne faut point que Jonathas sache ceci, afin qu’il ne s’en afflige point : car je vous jure par le Seigneur, et je vous jure par votre vie, qu’il n’y a, pour ainsi dire, qu’un point entre ma vie et ma mort.

4 Jonathas lui répondit : Je ferai pour vous tout ce que vous me direz.

5 Il est demain, dit David, le premier jour du mois, et j’ai accoutumé de m’asseoir auprès du roi pour manger : permettez-moi donc de me cacher dans un champ jusqu’au soir du troisième jour.

6 Si votre père regardant à côté de lui me demande, vous lui répondrez : David m’a prié que j’agréasse qu’il fît promptement un tour à Bethléhem d’où il est, parce qu’il y a là un sacrifice solennel pour tous ceux de sa tribu.

7 S’il vous dit : A la bonne heure ; il n’y a rien à craindre pour votre serviteur : mais s’il se met en colère, soyez persuadé que sa mauvaise volonté est arrivée à son comble.

8 Faites-moi donc cette grâce, puisque vous avez voulu qu’étant votre serviteur, comme je le suis, nous nous promissions amitié l’un à l’autre en la présence du Seigneur : Si je suis coupable de quelque chose, ôtez-moi vous-même la vie ; mais ne m’obligez point de paraître devant votre père.

9 Jonathas lui dit : Dieu vous garde de ce malheur ! mais si je reconnais que la haine que mon père a conçue contre vous, soit sans remède, assurez-vous que je ne manquerai pas de vous le faire savoir.

10 David dit à Jonathas : S’il arrive que lorsque vous parlerez de moi à votre père, il vous donne une réponse fâcheuse, par qui le saurai-je ?

11 Jonathas lui répondit : Venez, et sortons à la campagne. Etant tous deux sortis dans les champs,

12 Jonathas dit à David : Seigneur Dieu d’Israël ! si je puis découvrir le dessein de mon père demain ou après-demain, et si voyant quelque chose de favorable pour David, je ne le lui envoie pas dire aussitôt, et ne le lui fais pas savoir,

13 traitez, ô Seigneur ! Jonathas avec toute votre sévérité. Mais si la mauvaise volonté de mon père continue toujours contre vous, je vous en donnerai avis, et je vous renverrai, afin que vous alliez en paix, et que le Seigneur soit avec vous comme il a été avec mon père.

14 Si je vis, vous me traiterez avec toute la bonté possible ; et si je meurs,

15 vous ne cesserez jamais d’en user avec bonté et compassion envers ma maison, quand le Seigneur aura exterminé les ennemis de David de dessus la terre jusqu’au dernier. Si je vous manque de parole, que Dieu retranche Jonathas de sa maison, et que le Seigneur venge David de ses ennemis.

16 Jonathas fit donc alliance avec la maison de David ; mais le Seigneur voulut punir les ennemis de David.

17 Jonathas conjura encore David de ceci pour l’amour qu’il lui portait, car il l’aimait comme sa vie.

18 Et il dit à David : C’est demain le premier jour du mois ; et on demandera où vous serez.

19 Car on verra votre place vide ces deux jours-ci. Vous viendrez donc promptement le jour d’après le sabbat ; vous vous rendrez au lieu où vous devez être caché, et vous vous tiendrez près de la pierre qui s’appelle Ezel.

20 Je tirerai trois flèches près de cette pierre, comme si je m’exerçais à tirer au blanc.

21 J’enverrai aussi un petit garçon, et je lui dirai : Allez, et apportez-moi mes flèches.

22 Si je lui dis : Les flèches sont en deçà de vous, ramassez-les : venez me trouver, car tout sera en paix pour vous ; et vous n’aurez rien à craindre, je vous en assure par le nom du Seigneur. Si je dis à l’enfant : Les flèches sont au delà de vous : allez-vous-en en paix ; parce que le Seigneur veut que vous vous retiriez.

23 Mais pour la parole que nous nous