Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


neuves, et ils l’enlevèrent du rocher d’Etam.

14 Etant arrive au lieu appelé la Mâchoire, les Philistins vinrent à sa rencontre avec de grands cris : alors l’Esprit du Seigneur se saisit tout d’un coup de Samson, il rompit en même temps et brisa les cordes dont il était lié, comme le lin se consume lorsqu’il sent le feu ;

15 et ayant trouvé là une mâchoire d’âne qui était à terre, il la prit, et en tua mille hommes ;

16 et il dit : Je les ai défaits avec une mâchoire d’âne, avec la mâchoire d’un poulain d’ânesse ; et j’ai tué mille hommes.

17 Et après qu’il eut dit ces paroles en chantant, il jeta de sa main la mâchoire, et appela ce lieu-là Ramath-léchi, c’est-à-dire, l’élévation de la mâchoire.

18 Il fut ensuite pressé d’une grande soif, et criant au Seigneur, il dit : C’est vous qui avez sauvé votre serviteur, et qui lui avez donné cette grande victoire ; et maintenant je meurs de soif, et je tomberai entre les mains de ces incirconcis.

19 Le Seigneur ouvrit donc une des grosses dents de cette mâchoire d’âne, et il en sortit de l’eau ; Samson en ayant bu, revint de sa défaillance, et reprit ses forces. C’est pourquoi ce lieu a été appelé jusqu’aujourd’hui, la Fontaine sortie de la machoire par l’invocation de Dieu.

20 Et Samson jugea pendant vingt ans le peuple d’Israël, lorsqu’il était dominé par les Philistins.



APRES cela Samson alla à Gaza ; et y avant vu une courtisane, il alla chez elle.

2 Les Philistins l’ayant appris, et le bruit s’étant répandu parmi eux, que Samson était entré dans la ville, ils l’environnèrent, et mirent des gardes aux portes de la ville, où ils l’attendirent en silence toute la nuit pour le tuer au matin lorsqu’il sortirait.

3 Samson dormit jusque sur le minuit. Et s’étant levé alors, il alla prendre les deux portes de la ville avec leurs poteaux et la serrure, les mit sur ses épaules, et les porta sur le haut de la montagne qui regarde Hébron.

4 Après cela il aima une femme qui demeurait dans la vallée de Sorec, et s’appelait Dalila.

5 Et les princes des Philistins étant venus trouver cette femme, ils lui dirent : Trompez Samson, et sachez de lui d’où lui vient une si grande force, et comment nous pourrions le vaincre, et le tourmenter après l’avoir lié. Si vous faites cela, nous vous donnerons chacun onze cents pièces d’argent.

6 Dalila dit donc à Samson : Dites-moi, je vous prie, d’où vous vient cette force si grande ; et avec quoi il faudrait vous lier, pour vous ôter le moyen de vous sauver.

7 Samson lui dit : Si on me liait avec sept grosses cordes, qui ne fussent pas sèches, mais qui eussent encore leur humidité, je deviendrais faible comme les autres hommes.

8 Les princes des Philistins lui apportèrent donc sept cordes comme elle avait dit, dont elle le lia ;

9 et ayant fait cacher dans sa chambre des hommes, qui attendaient l’événement de cette action, elle lui cria : Samson, voila les Philistins qui fondent sur vous. Et aussitôt il rompit les cordes comme se rompt un fil d’étoupe lorsqu’il sent le feu ; et on ne connut point d’où lui venait cette grande force.

10 Dalila lui dit : Vous vous êtes joué de moi, et vous m’avez dit une chose qui n’était point vraie : découvrez-moi donc au moins maintenant avec quoi il faudrait vous lier.

11 Samson lui répondit : Si on me liait avec des cordes toutes neuves dont on ne se serait jamais servi, je deviendrais faible et semblable aux autres hommes.

12 Dalila l’en ayant encore lié, après avoir fait cacher des gens dans sa chambre, elle lui cria : Samson, voilà les Philistins qui fondent sur vous. Et aussitôt il rompit ces cordes comme ou romprait un filet.

13 Dalila lui dit encore : Jusqu’à quand me tromperez-vous, et me direz-vous des choses fausses ? Dites-moi donc avec quoi il faudrait vous lier. Samson lui dit : Si vous faites sept tresses des cheveux de ma tête avec le fil des tisserands, et qu’ayant fait passer un clou par dedans, vous l’enfonciez dans la terre, je deviendrai faible.

14 Ce que Dalila ayant fait, elle lui dit : Samson, voilà les Philistins qui fondent sur vous. Et s’éveillant tout d’un coup, il arracha le clou avec ses cheveux, et le fil qui les tenait.

15 Alors Dalila lui dit : Comment dites-vous que vous m’aimez, puisque vous ne témoignez que de l’éloignement pour moi ? Vous m’avez déjà menti par trois fois, et vous n’avez pas voulu me dire d’où vous vient cette grande force.

16 Et comme elle l’importunait sans cesse, et qu’elle se tint plusieurs jours attachée auprès de lui, sans lui donner aucun temps pour se reposer, enfin la fermeté de son cœur se ralentit, et il tomba dans une lassitude mortelle.

17 Alors lui découvrant toute la vérité de la chose, il lui dit : Le rasoir n’a jamais passé sur ma tête, parce que je suis nazaréen, c’est-à-dire, consacré à Dieu dès le ventre de ma mère. Si l’on me rase la tête, toute ma force m’abandonnera, et je deviendrai faible comme les autres hommes.