Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rien de ce qui peut enivrer, et de ne manger rien d’impur : car l’enfant sera nazaréen, consacré à Dieu dès son enfance, et depuis le ventre de sa mère jusqu’au jour de sa mort.

8 Manué pria donc le Seigneur, et lui dit : Seigneur ! je vous prie que l’homme de Dieu que vous avez envoyé, vienne encore, afin qu’il nous apprenne ce que nous devons faire de cet enfant qui doit naître.

9 Le Seigneur exauça la prière de Manué ; et l’Ange de Dieu apparut encore à sa femme, lorsqu’elle était assise dans les champs. Manué, son mari, n’était pas alors avec elle. Ayant donc vu l’Ange,

10 elle courut vite à son mari, et lui dit : Voilà ce même homme que j’avais vu auparavant, qui m’est encore apparu.

11 Manué se leva aussitôt, et suivit sa femme. Et étant venu vers cet homme, il lui dit : Est-ce vous qui avez parlé à cette femme ? Il lui répondit : C’est moi.

12 Manué lui dit : Quand ce que vous avez prédit sera accompli, que voulez-vous que fasse l’enfant, et de quoi devra-t-il s’abstenir ?

13 L’Ange du Seigneur répondit à Manué : Qu’il s’abstienne de tout ce que j’ai marqué à votre femme :

14 qu’il ne mange rien de ce qui naît de la vigne, ni de ce qui peut enivrer ; qu’il ne mange rien d’impur ; et qu’il accomplisse et garde avec soin ce que j’ai ordonné sur son sujet.

15 Manué dit à l’Ange du Seigneur : Je vous prie de m’accorder ce que je vous demande, et de permettre que nous vous préparions un chevreau.

16 L’Ange lui répondit : Quelque instance que vous me fassiez, je ne mangerai point de votre pain ; mais si vous voulez faire un holocauste, offrez-le au Seigneur. Or Manué ne savait pas que ce fût l’Ange du Seigneur.

17 Et il dit à l’Ange : Comment vous appelez-vous ? afin que nous puissions vous honorer, si vos paroles s’accomplissent.

18 L’Ange lui répondit : Pourquoi demandez-vous à savoir mon nom, qui est admirable ?

19 Manué prit donc le chevreau, avec les libations : il les mit sur une pierre, et les offrit au Seigneur, qui est l’auteur des œuvres miraculeuses ; et il considérait, lui et sa femme, ce qui en arriverait.

20 Alors la flamme de l’autel montant vers le ciel, l’Ange du Seigneur y monta aussi au milieu des flammes : ce que Manué et sa femme ayant vu, ils tombèrent le visage contre terre ;

21 et l’Ange du Seigneur disparut de devant leurs yeux. Manué reconnut aussitôt que c’était l’Ange du Seigneur,

22 et il dit à sa femme : Nous mourrons certainement, parce que nous avons vu Dieu.

23 Sa femme lui répondit : Si le Seigneur voulait nous faire mourir, il n’aurait pas reçu de nos mains l’holocauste, et les libations que nous lui avons offertes : il ne nous aurait point fait voir toutes ces choses, ni prédit ce qui doit arriver.

24 Elle enfanta donc un fils, et elle l’appela Samson. L’enfant crût, et le Seigneur le bénit.

25 Et l’Esprit du Seigneur commença à être avec lui, lorsqu’il était dans le lieu appelé le Camp de Dan, entre Saraa et Esthaol.



SAMSON étant descendu à Thamnatha, et ayant vu là une femme entre les filles des Philistins,

2 il revint en parler à son père et à sa mère, et leur dit : J’ai vu dans Thamnatha une femme d’entre les filles des Philistins ; je vous prie de me la faire donner pour femme.

3 Son père et sa mère lui dirent : N’y a-t-il point de femme parmi les filles de vos frères et parmi tout notre peuple, pour vouloir prendre une femme d’entre les Philistins qui sont incirconcis ? Samson dit à son père : Donnez-moi celle-là, parce qu’elle m’a plu quand je l’ai vue.

4 Or son père et sa mère ne savaient pas que ceci se faisait par l’ordre du Seigneur, et qu’il cherchait une occasion pour perdre les Philistins : car en ce temps-là les Philistins dominaient sur Israël.

5 Samson vint donc avec son père et sa mère à Thamnatha. Et lorsqu’ils furent arrivés aux vignes qui sont près de la ville, il parut tout d’un coup un jeune lion furieux et rugissant, qui vint au-devant de Samson.

6 Mais l’Esprit du Seigneur se saisit de Samson : il déchira le lion comme il aurait fait un chevreau, et le mit en pièces, sans avoir rien dans la main. Et il ne voulut point le déclarer à son père ni à sa mère.

7 Il alla ensuite parler à la femme qui lui avait plu.

8 Et quelques jours après il revint pour épouser cette femme. Et s’étant détourné du chemin pour voir le corps du lion qu’il avait tué, il trouva un essaim d’abeilles dans la gueule du lion, et un rayon de miel.

9 Il prit ce rayon de miel entre ses mains, et il en mangeait en marchant. Et lorsqu’il fut arrivé où étaient son père et sa mère, il leur en donna une partie qu’ils mangèrent. Mais il ne voulut point leur découvrir qu’il avait pris ce miel dans la gueule du lion mort.

10 Son père vint donc chez cette femme ;