Page:Lemaistre de Sacy - La sainte Bible 1855.pdf/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



26 Pendant ce grand trouble où ils étaient, Aod trouva le moyen de se sauver ; et ayant passé le lieu des idoles, d’où il était revenu, il vint à Séirath.

27 Aussitôt il sonna de la trompette sur la montagne d’Ephraïm, et les enfants d’Israël descendirent avec Aod qui marchait à leur tête,

28 et qui leur dit : Suivez-moi : car le Seigneur nous a livré entre les mains les Moabites, nos ennemis. Les Israélites suivirent Aod, se saisirent des gués du Jourdain par où l’on passe au pays de Moab, et ne laissèrent passer aucun des Moabites.

29 Ils en tuèrent environ dix mille, qui étaient tous hommes forts et vaillants. Et nul d’entre eux ne put échapper.

30 Moab fut humilié en ce jour-là sous la main d’Israël, et le pays demeura en paix pendant quatre-vingts ans.

31 Après Aod, Samgar, fils d’Anath, fut en sa place. Ce fut lui qui tua six cents Philistins avec un soc de charrue : et il fut aussi le défenseur et le libérateur d’Israël.



LES enfants d’Israël recommencèrent encore à faire le mal aux yeux du seigneur après la mort d’Aod.

2 Et le Seigneur les livra entre les mains de Jabin, roi des Chananéens, qui régna dans Asor. Il avait pour général de son armée un nommé Sisara, et il demeurait à Haroseth, ville des nations.

3 Les enfants d’Israël crièrent donc au Seigneur. Car Jabin ayant neuf cents chariots armés de faux, les avait étrangement opprimés pendant vingt ans.

4 Il y avait en ce temps-là une prophétesse nommée Débora, femme de Lapidoth, laquelle jugeait le peuple.

5 Elle s’asseyait sous un palmier qu’on avait appelé de son nom, entre Kama et Béthel, sur la montagne d’Ephraïm ; et les enfants d’Israël venaient à elle, pour faire juger tous leurs différends.

6 Elle envoya donc vers Barac, fils d’Abinoëm, de Cédés de Nephthali ; et l’ayant fait venir, elle lui dit : Le Seigneur, le Dieu d’Israël, vous donne cet ordre : Allez, et menez l’armée sur la montagne de Thabor. Prenez avec vous dix mille combattants des enfants de Nephthali et des enfants de Zabulon.

7 Quand vous serez au torrent de Cison, je vous amènerai Sisara, général de l’armée de Jabin, avec ses chariots et toutes ses troupes, et je vous les livrerai entre les mains.

8 Barac lui répondit : Si vous venez avec moi, j’irai ; si vous ne voulez point venir avec moi, je n’irai point.

9 Débora lui dit : Je veux bien aller avec vous ; mais la victoire pour cette fois ne vous sera point attribuée, parce que Sisara sera livré entre les mains d’une femme. Débora partit donc aussitôt, et s’en alla à Cédés avec Barac ;

10 lequel ayant fait venir ceux de Zabulon et de Nephthali, marcha avec dix mille combattants, étant accompagné de Débora.

11 Or Haber, Cinéen, s’était retiré il y avait longtemps de ses autres frères Cinéens, fils d’Hobab, allié de Moïse, et il avait dressé ses tentes jusqu’à la vallée appelée Sennim, et il était près de Cèdes.

12 En même temps Sisara fut averti que Balac, fils d’Abinoëm, s’était avancé sur la montagne de Thabor.

13 Et il fit assembler ses neuf cents chariots armés de faux, et fit marcher toute son armée de Haroseth, pays des gentils, au torrent de Cison.

14 Alors Débora dit à Barac : Courage : car voici le jour où le Seigneur a livré Sisara entre vos mains ; voilà le Seigneur lui-même qui vous conduit. Barac descendit donc de la montagne de Thabor, et dix mille combattants avec lui.

15 En même temps le Seigneur frappa de terreur Sisara, tous ses chariots et toutes ses troupes, et les fit passer au fil de l’épée aux yeux de Barac ; de sorte que Sisara sautant de son chariot en bas, s’enfuit à pied.

16 Barac poursuivit les chariots qui s’enfuyaient et toutes les troupes jusqu’à Haroseth, pays des gentils ; et toute cette multitude si nombreuse d’ennemis fut taillée en pièces, sans qu’il en restât un seul.

17 Sisara fuyant ainsi, vint à la tente de Jahel, femme d’Haber, Cinéen. Car il y avait paix alors entre Jabin, roi d’Asor, et la maison d’Haber, Cinéen.

18 Jahel étant donc sortie au-devant de Sisara, lui dit : Entrez chez moi, mon seigneur ; entrez, ne craignez point. Il entra donc dans sa tente, et elle le couvrit d’un manteau.

19 Sisara lui dit : Donnez-moi, je vous prie, un peu d’eau, parce que j’ai une extrême soif. Elle lui apporta un vase plein de lait, et l’ayant découvert, elle lui en donna à boire, et remit le manteau sur lui.

20 Alors Sisara lui dit : Tenez-vous à l’entrée de votre tente, et si quelqu’un vous interroge, et vient vous dire : N’y a-t-il personne ici ? vous lui répondrez : Il n’y a personne.

21 Jahel, femme d’Haber, ayant donc pris un des grands clous de sa tente, avec un marteau, entra tout doucement sans faire aucun bruit ; et ayant mis le clou sur la tempe de Sisara, elle le frappa avec son marteau, et lui en transperça le cerveau, l’enfonçant jusque dans la terre : et Sisara ayant été tué de cette sorte, passa du sommeil naturel à celui de la mort.

22 En même temps Barac arriva pour-