Page:Lemaître - ABC, 1921.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


avec envie les longues jambes de l’ibis, qui semblaient peintes au ripolin rose.

[Illustration]

Flatté, l’ibis marchait de long en large. Il leur parlait de sa patrie l’Égypte, du Nil, des autruches, des pyramides et des minarets du Caire.

D’abord on l’avait écouté avec respect ; mais peu à peu on trouva qu’il racontait toujours la même chose.

Le dindon disait avec colère :

« Quel rabâcheur ! »

[Illustration]

La pintade se moquait de son nez d’ivrogne, et un caneton poussa l’impertinence jusqu’à lui demander combien les baguettes qui lui servaient de jambes lui avaient coûté le centimètre.

[Illustration]

Alors le pauvre ibis rose se retira dans un coin. Et il se tenait tout raide sur une patte, rêvant de son pays, du Nil, des pyramides et des minarets.