Page:Lemaître - ABC, 1921.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.

AANARD


Une cane couvait une douzaine d’œufs qu’on avait mis sous elle. Onze de ces œufs ressemblaient à tous les œufs de cane, mais le douzième était plus gros et d’une espèce différente. La canne était très fière de cet œuf ; elle le montrait à toutes les voisines qui venaient la voir et elle disait :

« Voyez comme il est gros ! Je suis sûre qu’il en sortira un superbe caneton. »

Au bout de quelque temps, la mère cane entendit, dans l’intérieur des onze œufs ordinaires, de petits coups de bec, puis des pépiements ; puis elle vit sortir des coquilles onze petits canards charmants, habillés de duvet jaune. Mais le douzième œuf tardait à éclore. Et, bien que cela inquiétât un peu la mère, elle se disait : « L’enfant n’en sera que plus beau. » Et patiemment elle se remit à couver.

Mais, quand enfin l’œuf éclata, la pauvre mère fut épouvantée. Ce n’était pas du