Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/367

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Voici. Qaïn errait sur la face du monde.
Dans la terre muette Ève dormait, et Seth,
Celui qui naquit tard, en Hébron grandissait.
Comme un arbre feuillu, mais que le temps émonde,
Adam, sous le fardeau des siècles, languissait.

Or, ce n’était plus l’Homme en sa gloire première,
Tel qu’Iahvèh le fit pour la félicité,
Calme et puissant, vêtu d’une mâle beauté,
Chair neuve où l’âme vierge éclatait en lumière
Devant la vision de l’immortalité.

L’irréparable chute et la misère et l’âge
Avaient courbé son dos, rompu ses bras nerveux,
Et sur sa tête basse argenté ses cheveux.
Tel était l’Homme, triste et douloureuse image
De cet Adam pareil aux Esprits lumineux.