Ouvrir le menu principal

Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Sérapion, abbé des onze monastères
D’Arsinoë, soumis aux trois règles austères,
Sous Valens, empereur des pays d’Orient,
Un soir, se promenait, méditant et priant,
Silencieux, le long des bas arceaux du cloître.
Le soleil disparu laissait les ombres croître
Du sein des oasis et des sables déserts ;
Les astres s’éveillaient dans le bleu noir des airs ;
Et, si n’était, parfois, du fond des solitudes,
Quelques rugissements de lion, brefs et rudes,
Autour du monastère, en un repos complet,
Et dans le ciel, la nuit vaste se déroulait.

L’abbé Sérapion, d’un pas lent, sur les dalles,
Marchait, faisant sonner le cuir de ses sandales,