Ouvrir le menu principal

Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Une étoile d’or là-bas illumine
Le bleu de la nuit, derrière les monts ;
La lune blanchit la verte colline :
Pourquoi pleures-tu, petite Christine ?
          Il est tard, dormons.

— Mon fiancé dort sous la noire terre,
Dans la froide tombe il rêve de nous.
Laissez-moi pleurer, ma peine est amère ;
Laissez-moi gémir et veiller, ma mère :
          Les pleurs me sont doux.