Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Non, dit Guillaume.

— Comment non ? En ce cas il n’y a rien de fait. Mes instructions sont formelles. Donnant, donnant.

— Je les enverrai par la poste.

— Vous êtes fou, monsieur, ou plutôt vous essayez de nous rouler.

Guillaume se décida.

— J’ai bien les lettres, mais je veux dire qu’elles ne sont pas sur moi.

— Alors ?

— Alors c’est un de mes amis qui les garde.

— Où est-il ?

— Dans l’hôtel. Je vais le chercher.

— Inutile, fit Marescal, qui, devinant la situation, brusqua les choses.

Il sonna. La femme de chambre vint, et il lui dit :

— Amenez donc une jeune fille qui doit attendre dans le couloir. Vous lui direz que c’est de la part de M. Guillaume.

Guillaume sursauta. On savait donc son nom ?

— Qu’est-ce que ça signifie ? C’est contraire à mes conventions avec lord Bakefield. La personne qui attend n’a rien à faire ici…

Il voulut sortir. Mais Marescal s’interposa vivement et ouvrit la porte, livrant passage à la demoiselle aux yeux verts, qui entra d’un pas hésitant, et qui poussa un cri de frayeur lorsque le battant fut refermé derrière elle avec violence et la clef tournée brutalement dans la serrure.

En même temps, une main l’empoignait à l’épaule. Elle gémit :

— Marescal !