Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quelques kilomètres plus loin, l’auto tourna sur la droite, redescendit par des lacets brutalement dessinés, puis se dirigea vers la route de Levens, d’où l’on pouvait gagner soit les gorges du Var, soit la région des hautes montagnes. Et alors ?

— Oui, alors, se dit-il, que ferai-je si l’expédition aboutit à quelque repaire de bandits ? Dois-je attendre d’être seul en face d’une demi-douzaine de forcenés auxquels il me faudra disputer les yeux verts ?

Une tentative soudaine de la jeune fille le détermina. Dans un accès de désespoir, elle essaya de fuir, au risque de se tuer. L’homme la retint de sa main implacable.

— Pas de bêtises ! Si tu dois mourir, ce sera par moi, et à l’heure fixée. T’as pas oublié ce que je t’ai dit dans le rapide, avant que Guil-