Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Qu’y a-t-il donc, monsieur le commissaire ? Vous êtes méconnaissable !

Marescal balbutia :

— Vous ne savez donc pas ? Vous n’avez pas entendu ?

— Rien du tout. Je n’ai rien entendu depuis que vous avez refermé cette porte sur moi.

— Évadé !

— Qui ?

— L’assassin !

— On l’avait donc pris ?

— Oui.

— Lequel des deux ?

— La femme.

— C’était donc bien une femme ?

— Oui.

— Et on n’a pas su la garder ?

— Si. Seulement…

— Seulement, quoi ?

— C’était un paquet de linge.

En renonçant à poursuivre les fugitifs, Raoul avait certainement obéi, entre autres motifs, à un besoin immédiat de revanche. Bafoué, il voulait bafouer à son tour, et se moquer d’un autre comme on s’était moqué de lui. Marescal était là, victime désignée, Marescal auquel il espérait bien d’ailleurs arracher d’autres confidences, et dont l’effondrement lui procura aussitôt une émotion délicate.

— C’est une catastrophe, dit-il.

— Une catastrophe, affirma le commissaire.

— Et vous n’avez aucune donnée ?

— Pas la moindre.

— Aucune trace nouvelle du complice ?

— Quel complice ?