Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/282

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Qui es-tu, toi que j’aime plus que ma vie ? pensait Aurélie. Qui es-tu, toi qui me sauves incessamment, comme si c’était ton unique mission ? Qui es-tu ?

— L’oiseau bleu.

Raoul se réveillait, et l’interrogation muette d’Aurélie était si claire qu’il y répondait sans hésitation.

— L’oiseau bleu, chargé de donner le bonheur aux petites filles sages et confiantes, de les défendre contre les ogres et les mauvaises fées, et de les conduire dans leur royaume.

— J’ai donc un royaume, mon bien-aimé Raoul ?

— Oui. À l’âge de six ans vous vous y êtes promenée. Il vous appartient aujourd’hui, de par la volonté d’un vieux marquis.

— Oh ! vite, Raoul, vite, que je voie… ou plutôt que je revoie.

— Mangeons d’abord, dit-il. Je