Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/275

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Ces droits, je te les achète, car je veux être tranquille, et qu’Aurélie le soit aussi. Un jour ou l’autre, tu trouverais moyen de nous faire un mauvais coup. Je ne veux pas. Combien demandes-tu ?

Jodot semblait se détendre. Il gronda :

— Proposez.

— Voici, dit Raoul. Comme tu le sais, il ne s’agit pas d’un trésor dont chacun peut prendre sa part, mais d’une affaire à mettre debout, d’une exploitation, dont les bénéfices…

— Seront considérables, fit Jodot.

— Je te l’accorde. Aussi mon offre est en rapport. Cinq mille francs par mois.

Le bandit sursauta, ébloui par un tel chiffre.

— Pour tous les deux ?