Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.


D’où l’escorte des cloches. Et voici ce que c’est qu’un miracle, demoiselle aux yeux verts.

Mais les mots n’étaient plus suffisants pour distraire l’attention de sa compagne. Au bout d’un instant, Aurélie chuchota :

— L’eau monte… L’eau monte… Elle recouvre les deux pierres et mouille vos chaussures.

Il souleva l’une des pierres et la posa sur l’autre. Ainsi exhaussé, il appuya son coude à la corde du hamac, et l’air toujours dégagé, il se remit à causer, car il avait peur du silence pour la jeune fille. Mais, au fond de lui, tout en disant des paroles de sécurité, il se livrait à d’autres raisonnements et à d’autres réflexions sur l’implacable réalité dont il constatait avec effarement la menace croissante.

Que se passait-il ? Comment envisager la situation ? À la suite des manœuvres exécutées par Jodot et par Guillaume, le niveau de l’eau s’élève. Soit. Mais les deux bandits ne font évidemment que profiter d’un état de choses existant déjà, et remontant sans doute à une époque fort reculée. Or, ne doit-on pas supposer que ceux qui ont rendu possible cette élévation de niveau pour des motifs encore secrets (motifs qui n’étaient certes pas de bloquer et de noyer des gens dans la grotte) ont également rendu possible un abaissement du niveau ? La fermeture des écluses devait avoir pour corollaire l’établissement d’un trop-plein à mécanisme invisible, permettant aux eaux de s’écouler et au lac de se vider, suivant les circonstances. Mais où