Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/223

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il rejoignit ses hommes et prit Philippe à part.

— Un instant, Philippe. Quelques détails à régler avant d’en finir. Éloigne tes bougres, de manière qu’ils ne puissent pas entendre.

Il referma la porte, revint vers Raoul, et lui dit, les yeux dans les yeux, la voix sourde, se défiant de Brégeac et d’Aurélie :

— Qu’est-ce que ça signifie ? Où veux-tu en venir ?

— À rien du tout.

— Pourquoi cette allusion ?… Comment sais-tu ?…

— L’adresse de ta garçonnière et le nom de ta bonne amie ? Ma foi, il m’a suffi de faire pour toi ce que j’ai fait pour Brégeac, pour Jodot et consorts, une enquête discrète sur ta vie intime, laquelle enquête m’a conduit jusqu’à un mystérieux rez-de-chaussée, douillettement aménagé, où tu reçois de belles dames. De l’ombre, des parfums, des fleurs, des vins sucrés, des divans profonds comme des tombeaux… La Folie-Marescal, quoi !

— Et après ? bégaya le commissaire, n’est-ce pas mon droit ? Quel rapport y a-t-il entre cela et ton arrestation ?

— Il n’y en aurait aucun si, par malheur, tu n’avais commis la bourde (bourde rime avec gourde) de choisir ce petit temple de Cupidon pour y cacher les lettres de ces dames.

— Tu mens ! Tu mens !

— Si je mentais, tu ne serais pas couleur de navet.

— Précise.