Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/219

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Non, fit Marescal, en frappant du pied.

— Pourquoi ?

La colère de Marescal se déchaîna subitement.

— Parce que je veux me venger ! Je veux le scandale, je veux qu’on sache tout, la fuite avec Guillaume, l’arrestation, le crime de Brégeac ! Je veux le déshonneur pour elle, et la honte. Elle m’a repoussé. Qu’elle paie ! Et que Brégeac paie aussi ! Tu as été assez bête pour me donner des précisions qui me manquaient. Je tiens Brégeac, et la petite, mieux encore que je ne croyais… Et Jodot ! Et les Ancivel ! Toute la bande ! Pas un n’échappera, et Aurélie est dans le lot !