Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/194

Cette page a été validée par deux contributeurs.


étiquette et la formule d’une eau quelconque… l’eau de Jouvence. La voici, Brégeac ! Limésy l’a munie d’un bouchon et cachetée de cire rouge. Regarde bien… on voit un rouleau de papier à l’intérieur. C’est cela que tu voulais certainement reprendre à Jodot, quelque aveu, sans doute… une pièce compromettante de ton écriture… Ah ! mon pauvre Brégeac !…

Il triomphait. Tout en faisant sauter la cire et en débouchant la bouteille, il lançait au hasard des mots et des interjections :

— Marescal célèbre dans le monde entier !… Arrestation des assassins du rapide !… le passé de Brégeac !… Que de coups de théâtre dans l’enquête et aux assises !… Sauvinoux, tu as les menottes pour la petite ? Appelle Labonce et Tony… Ah ! la victoire… la victoire complète…

Il renversa la bouteille. Le papier s’échappa. Il le déplia. Et emporté par ses discours fougueux comme un coureur que son élan précipite au-delà du but, il lut, sans penser d’abord à la signification de ce qu’il disait :

« Marescal est une gourde. »


X

Des mots qui valent des actes


Il y eut un silence de stupeur où se prolongeait la phrase inconcevable. Marescal était ahuri, comme un boxeur qui va s’écrouler à la suite d’un coup au creux de l’estomac. Brégeac, toujours menacé par le revolver de Sauvinoux, semblait aussi déconcerté.