Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/193

Cette page a été validée par deux contributeurs.


je fais rechercher actuellement ? Jodot, l’associé des deux frères… Jodot que j’ai rencontré jadis dans cette maison… Hein comme tout cela s’enchaîne… et comme on entrevoit le rapport entre toutes ces machinations !…

Brégeac haussa les épaules et marmotta :

— Absurdités… Hypothèses imbéciles…

— Hypothèses, oui, impressions auxquelles je ne m’arrêtais pas autrefois quand je venais ici, et lorsque je flairais, comme un bon chien de chasse, tout ce qu’il y avait d’embarras, de réticence, d’appréhension confuse dans tes actes et dans tes paroles… mais hypothèses qui se sont confirmées peu à peu depuis quelque temps… et que nous allons changer en certitudes, Brégeac… oui, toi et moi… et sans qu’il te soit possible de l’esquiver… une preuve irrécusable, un aveu, Brégeac, que tu vas faire à ton insu… là… tout de suite…

Il prit le carton qu’il avait apporté et déposé sur la cheminée, et le déficela. Il contenait un de ces étuis de paille qui servent à protéger les bouteilles. Il y en avait une que Marescal tira, et qu’il planta devant Brégeac.

— Voilà, camarade. Tu la reconnais, n’est-ce pas ? C’est elle que tu as volée au sieur Jodot, et que je t’ai reprise, et qu’un autre m’a dérobée devant toi. Cet autre ? tout simplement le baron de Limésy, chez qui je l’ai trouvée tantôt. Hein ! comprends-tu ma joie ? Un vrai trésor cette bouteille. La voici, Brégeac, avec son