Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/192

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de la petite, c’est parfait. Mais doit-on s’en tenir là ?

Il plongeait ses yeux dans les yeux de Brégeac qui murmura :

— Que voulez-vous dire ?

— Tu le sais ce que je veux dire, et si tu ne le savais pas, et si ce n’était pas vrai, tu n’aurais pas signé, et tu n’admettrais pas que je parle sur ce ton. Ta résignation, c’est un aveu… et si je peux te tutoyer, Brégeac, c’est parce que tu as peur.

L’autre protesta :

— Je n’ai pas peur. Je supporterai le poids de ce qu’a fait cette malheureuse dans un moment de folie.

— Et le poids de ce que tu as fait, Brégeac.

— En dehors de cela il n’y a rien.

— En dehors de cela, continua Marescal, l’intonation sourde, il y a le passé. Le crime d’aujourd’hui, n’en causons plus. Mais celui d’autrefois, Brégeac ?

— Celui d’autrefois ? Quel crime ? Que signifie ?…

Marescal frappa du poing, argument suprême chez lui et que soulignait toujours une explosion de colère.

— Des explications ? C’est moi qui en réclame. Hein ? Que signifie certaine expédition au bord de la Seine, récemment, un dimanche matin ?… Et ta faction devant la villa abandonnée ?… et ta poursuite de l’homme à la poche ? Hein ! dois-je te rafraîchir la mémoire et te rappeler que cette villa était celle des frères que ta belle-fille a supprimés et que cet individu est un nommé Jodot que