Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/188

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Devant moi.

— Sous quel nom ?

— Baron de Limésy.

— Inculpé de quoi ?

— D’être le chef des bandits dans l’affaire du rapide.

— Tu l’as revu depuis ce matin ?

— Oui, tout à l’heure, au service anthropométrique. Il y est encore.

— Merci, Philippe. C’est ce que je voulais savoir. Adieu.

Il raccrocha le récepteur et s’écria :

— Hein ! ma belle Aurélie, voilà où il en est, le sauveur ! Coffré ! bouclé !

Elle prononça :

— Je le savais.

Il éclata de rire.

— Elle le savait ! et elle attend quand même ! Ah ! que c’est drôle ! Il a toute la police et toute la justice sur le dos ! C’est une loque, un chiffon, un fétu de paille, une bulle de savon, et elle l’attend ! Les murs de la prison vont s’abattre ! Les gardiens vont lui avancer une auto ! Le voilà ! Il va entrer par la cheminée, par le plafond !

Il était hors de lui et secouait brutalement par l’épaule la jeune fille, impassible et distraite.

— Rien à faire, Aurélie ! Plus d’espoir ! Le sauveur est fichu. Claquemuré, le baron. Et, dans une heure, ce sera ton tour, ma jolie ! Les cheveux coupés ! Saint-Lazare ! la cour d’assises ! Ah ! coquine. J’ai assez pleuré pour tes beaux yeux verts, et c’est à eux…

Il n’acheva pas. Derrière lui, Brégeac s’était dressé, et l’avait agrippé au cou de ses deux mains fébriles. L’acte avait été spontané. Dès la première seconde où Marescal avait