Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/183

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Quoi ? Quel rapport y a-t-il ? demanda Brégeac interdit.

Le commissaire lui fit signe de patienter. Toutes choses seraient énoncées à leur place, dans leur ordre chronologique, et il continua :

— Donc, le 26 avril, la voiture numéro cinq de ce rapide n’était occupée que par quatre personnes. Dans le premier compartiment, une Anglaise, miss Bakefield, voleuse, et le baron de Limésy, soi-disant explorateur. Dans le compartiment de tête, deux hommes, les frères Loubeaux, résidant à Neuilly-sur-Seine.

« La voiture suivante, la quatrième, outre plusieurs personnes qui n’ont joué aucun rôle, et qui ne se rendirent compte de rien, emportait d’abord un commissaire aux recherches internationales, et un jeune homme et une jeune fille, seuls dans un compartiment dont ils avaient éteint la lumière et baissé les stores, comme des voyageurs endormis, et que nul ne put ainsi remarquer, pas même le commissaire. Ce commissaire, c’était moi, qui filait miss Bakefield. Le jeune homme c’était Guillaume Ancivel, coulissier et cambrioleur, assidu de cette maison, et qui partait furtivement avec sa compagne.

— Vous mentez ! Vous mentez ! s’écria Brégeac, avec indignation. Aurélie est au-dessus de tout soupçon.

— Je ne vous ai pas dit que cette compagne fût mademoiselle, riposta Marescal.